BLOG

8 stratégies prouvées par la science pour écrire des titres exceptionnels

Content Marketing, Marketing

Les titres.

J’ai tellement lu d’articles sur la toile pour créer des bons titres que j’ai décidé d’en écrire un moi aussi.

Il faut bien se le dire. Chaque jour, des millions de contenus sont publiés sur Internet, difficile donc de sortir du lot.

Vous pouvez avoir le meilleur contenu du monde, si votre titre n’attire pas l’attention ou la curiosité des internautes, personne ne cliquera jamais sur votre contenu.

C’est pour ça que vous devez absolument écrire un bon titre.

C’est primordial parce que sinon, vous aurez fait tout ça pour rien.

Selon une étude de Copyblogger (un blog influent aux USA), 8 personnes sur 10 vont lire votre titre, mais seulement 2 personnes sur 10 vont cliquer dessus. 

Source : Quicksprout

8 personnes sur 10 vont lire votre titre, mais seulement 2 personnes sur 10 vont cliquer dessusClick to Tweet

J’ai longtemps galéré à écrire des titres qui attirent l’attention.

Mais il a bien fallu que j’apprenne quand j’ai commencé à m’intéresser au blogging et à la publicité.

Le problème, c’est que la plupart des articles que j’ai lu sur l’écriture de titres se basent sur des « formules » toutes faites, limitant donc ma créativité.

J’ai décidé plutôt de comprendre qu’est-ce qui fait un bon titre.

Voici la question que je me posais : Quels sont les éléments qui fait que l’on décide de cliquer ? 

Je n’ai pas eu trop de mal à trouver une réponse à ma question. Il y a déjà pas mal d’articles qui traitent de ce sujet !

Ecrire un bon titre = Faire du « putaclic » ? 

En grand fan de football, j’avais déjà remarqué que des sites comme Foot Mercato ou Eurosport étaient passés maître dans l’écriture de titres « putaclic ».

Regardez, il m’a suffit d’aller sur la Page Facebook de Foot Mercato et voilà sur quoi je suis tombé en premier !

Les sites d’actu People comme Buzzfeed ou Public sont aussi très forts dans cet art du titre qui fait cliquer.

Soyons sérieux, je ne vais pas vous apprendre à écrire des titres « putaclic » comme ceux-là !

Par contre, je vais vous montrer la psychologie qu’il y a derrière ce genre de titres et comment l’utiliser à votre avantage, peu importe que vous soyez :

  • Blogueur.
  • YouTubeur.
  • Community Manager.
  • Copywriter.
  • Publicitaire.

Cet article va vous aider j’en suis sûr.

Le prochain article que je vais publier (la semaine prochaine) ira plus en profondeur sur l’écriture de titres dédiés aux publicités. La majeure partie d’entre-vous s’est inscrit à ma liste email pour ça : réussir ses publicités Facebook. Ca me semble donc juste de vous écrire un article entièrement dédié aux titres pour publicités.

Avant ça, regardons ensemble ce qui fait un bon titre.

La psychologie derrière un bon titre 

Ce que je m’apprête à vous partager ne sort pas de mon chapeau, tout est dans cet excellent article sur le blog de Buffer.

L’article est en anglais, un peu trop théorique et contient malheureusement peu d’exemples. Tout l’inverse de cet article qui sera rempli d’exemples pour que vous puissiez appliquer chacune des idées présentées.

1) La surprise

Chip Heath et Dan Heath, auteurs du livre Ces idées qui collent, ont listé la surprise comme un des 6 principes des idées qui collent.

En effet, présenter quelque chose d’inattendu aide à capturer l’attention d’un lecteur. La surprise capture votre attention et l’intérêt la retient.

Ce genre de titres se retrouvent plus souvent dans mes emails, à ce que j’ai remarqué.

Un blogueur (dont je ne citerai pas le nom) semble en avoir fait sa spécialité.

C’est vraiment très amusant, j’ai même cliqué sur celui-ci !

Dans son article, Buffer explique que Barack Obama s’est servi de nombreuses fois de la surprise dans l’objet de ses emails durant sa campagne présidentielle.

Par exemple, les sujets de ses emails étaient du genre « Hey » ou « Wow » ou « Rejoignez-moi pour le repas ? ».

Et il semble que ça a bien fonctionné ! 🙂

Source : Buffer

Pour un article de blog, j’aurai pu utilisé : « Ce n’est pas un article de blog parfait (mais ça aurait pu l’être) ».

Comme vous le voyez, ce n’est pas idéal comme titre.

Le mieux est de l’utiliser (avec modération) dans l’objet de vos emails.

2) Les questions 

Ce n’est pas un hasard si les titres avec une question fonctionnent si bien.

C’est parce que les questions piquent notre curiosité. En effet, le fait même de voir un point d’interrogation stimule notre cerveau

L’idéal est de réfléchir aux questions que pourraient se poser votre audience, ensuite écrire un titre reprenant cette question et y répondre dans votre contenu.

C’est aussi simple que ça.

Attention, il faut éviter d’utiliser des questions où vous pouvez répondre par oui ou par non.

Par exemple, « Avez-vous un blog », ça ne marche pas.

C’est ce que fait Léo Guillot sur sa chaine YouTube Student-Entrepreneur.

De ce que j’ai remarqué, il s’adresse à une audience jeune.

Il a lui-même 20 ans.

Regardez tout en bas, le titre « Monter son business en étant salarié ou étudiant ? ».

Cela colle parfaitement à ce qu’il publie habituellement (il parle d’entrepreneuriat, e-commerce, etc.) et à ce que veut son audience (des jeunes entrepreneurs).

Dans mon cas, je pourrais écrire sur ce genre de titres, je sais que mon audience se pose ce genre de questions :

  • Est-ce que la publicité Facebook est adaptée à votre business ?
  • Est-il nécessaire de publier du contenu tous les jours ?
  • Faut-il être présent sur tous les réseaux sociaux ?

Je sais que si je publie des articles comme ceux-là, il y a des chances que mon audience clique dessus.

3) La curiosité 

La curiosité est un vilain défaut et vous devez en profiter !

Ce genre de titres jouent sur un biais psychologique appelé le « curiosity gap » (je n’ai pas trouvé la traduction en français).

Ici, vous jouez sur la disparité entre ce que votre lecteur sait et ne sait pas. Que se passe-t-il alors ? Votre cerveau veut combler l’écart existant entre ce que nous savons et ce que ne savons pas. Et vous cliquez …

Attention, il faut avoir au moins une connaissance initiale sur un sujet particulier.

En effet, nous ne sommes tout simplement pas curieux des choses que nous ne connaissons pas du tout.

Par exemple, si j’écris un titre « Comment j’ai doublé mon taux de clic sur mes publicités Facebook », seules les personnes ayant des connaissances en publicité Facebook seront susceptibles de cliquer.

Dès que nous en savons un peu sur quelque chose, le moindre manque d’information éveille notre curiosité et nous voulons en savoir plus. Et nous cliquons inévitablement …

La curiosité est terriblement importante et je vous conseille d’ajouter une dose de curiosité à chacun de vos titres. 

C’est justement sur ça que jouent les sites d’actu People : notre curiosité.

Ne la négligez pas.

Voyons quelques exemples.

Voici un article sur lequel j’ai cliqué récemment : « Les 13 nouvelles fonctionnalités les plus utiles dans iOS11 ».

Et je sais que d’autres propriétaires d’iPhone auraient cliqué sur un tel article 😉

Sur Facebook, je vous conseille d’utiliser l’accroche (texte au-dessus de l’image) pour accentuer votre message.

C’est ce qu’à fait Business Insider dans ce post Facebook: « L’une de ces nouvelles fonctionnalités pourrait vous sauver la vie« .

Si j’étais un jeune blogueur qui veut « vivre de son blog », j’aurais vraiment envie de cliquer après avoir lu ce titre :

Je pense que vous avez compris le principe.

Votre article doit éveiller la curiosité de votre lecteur sans pour autant dévoiler tout le contenu de votre article.

Par exemple, le titre « Vendre en affiliation : 1038€ avec un seul article de blog » ne me dit pas tout. Il me donne le résultat final mais pas la méthode.

Encore une fois, vous devez connaitre votre audience sur le bout des doigts pour écrire un titre qui lui donnera envie de cliquer pour en savoir plus.

Voici d’autres exemples :

  • Peut-on perdre du poids sans faire de sport ?
  • Pourquoi il ne faut pas acheter sa résidence principale.
  • Ce n’est pas l’argent le problème, c’est vous !
  • Community Managers : Faites-vous ces erreurs sur les réseaux sociaux ?
  • 3x plus d’abonnés à ma liste email en une semaine. Voici comment j’ai fait.

Utilisez la curiosité autant que vous pouvez, mais faites attention à ne pas tomber dans le « putaclic ».

Votre contenu doit toujours être à la hauteur de la promesse de votre titre ! 

4) La négativité 

Les superlatifs – mots comme meilleur, plus grand, plus fort – peuvent être très efficaces pour vos titres.

Il se trouve que ce sont en fait les superlatifs négatifs – mots comme pire – qui fonctionnent le mieux.

Buffer mentionne dans son article une étude conduite par Outbrain dont le but était de comparer les titres avec superlatifs positifs, superlatifs négatifs et sans superlatifs.

Le résultat est sans appel.

Les titres avec superlatifs positifs ont le moins bien fonctionné (29% moins bien que les titres sans superlatifs) tandis que les superlatifs négatifs ont le mieux fonctionné (30% meilleur que les titres sans superlatifs).

Source : Buffer

Personnellement, je n’ai pas pour habitude d’utiliser des titres négatifs mais occasionnellement, cela sert toujours de les utiliser si ça fait cliquer !

Comment faire ?

Vous pouvez par exemple mentionner le mot « erreur ». 

Comme ce titre : « 7 erreurs A NE PAS FAIRE lors de votre webinar de vente »

Evidemment, vous pouvez utiliser une autre structure que celle-ci :

  • A la première personne : 7 erreurs que j’aurais aimé ne pas faire lors de mon webinar de vente.
  • Avec une question : Avez-vous fait une de ces 7 erreurs lors de votre webinar de vente ?
  • Avec l’impératif : Ne faites surtout pas ces 7 erreurs lors de votre webinar de vente !

D’autres exemples :

  • E-commerce : 97% n’y arriveront jamais !
  • Ces 10 aliments qui détruisent votre santé.
  • Cette erreur m’a coûté 154.879€, voici comment l’éviter.

Bon allez j’arrête, vous avez compris le principe.

5) Les titres « comment »

Ah, les titres « comment ».

Vous l’attendiez, je le sais.

Ce sont les plus populaires sur le web et les plus faciles à écrire. 

Sérieusement, si votre titre commence par « Comment », c’est vraiment difficile de le rater.

Pourquoi ?

Parce les titres « comment » énoncent un problème que veut résoudre votre audience. Du coup, le fait d’avoir le mot « comment » dans votre titre – ce qui implique de le résoudre – fait que la personne sera très susceptible de cliquer dessus.

En apparence, ces titres sont simples à écrire mais il y a quand même quelques petites choses à savoir pour améliorer vos titres.

Comme je vous l’ai dit, l’essence d’un titre « comment » est de résoudre un problème, mais savez-vous ce qui intéresse vraiment votre audience ?

C’est le résultat ou le bénéfice. 

Il doit être clair et précis.

Comme ceci :

Vous pouvez aussi utiliser des adjectifs ou la spécificité pour rendre votre titre plus convaincant.

Regardez comment transformer un titre moyen en un titre génial.

Un titre moyen : Comment écrire un article de blog.

Un bon titre : Comment écrire un article de blog à succès.

Un titre génial : Comment écrire un article de blog à succès en 45 minutes.

Et voici quelques formules à utiliser pour vos prochains titres :

  • Comment [Objectif/Résultat] : Comment obtenir 50 abonnés ciblés par jour sur Instagram.
  • Comment [Objectif/Résultat] + [Adverbe] : Comment construire votre liste email rapidement.
  • Comment [Résoudre un problème] ET [Objectif/Résultat] : Comment arrêter de procrastiner et améliorer votre productivité.
  • Comment [Objectif/Résultat] sans [Action négative] : Comment obtenir plus de likes sur Facebook sans acheter des fans.
  • Comment [Objectif/Résultat] en [Durée] : Comment j’ai perdu 13 kilos en 6 mois.
  • Comment être [Qualité désirée/Objectif] : Comment être un meilleur marketeur.

Essayez idéalement d’inclure des nombres et des adjectifs.

J’en parle juste après !

6) Les nombres

Selon Buffer, les nombres marchent très bien dans les titres tout simplement parce que le cerveau humain est réceptif aux nombres.

De nombreuses études ont montré que les titres avec des nombres génèrent 73% de partages en plus sur les réseaux sociaux.

Source : Buffer

Il y a deux types de titres qui utilisent la puissance des nombres et qui fonctionnent bien :

  • Les listes. Ex. : 11 astuces pour lire plus vite.
  • Les titres avec des nombres spécifiques. Ex. : Comment augmenter votre vitesse de lecture de 47%.

Pro tip :

Les titres avec des nombres impairs performent beaucoup mieux que les titres avec nombre pair.

Selon Content Marketing Institute, le cerveau a tendance à croire plus les nombre impairs que les nombres pairs.

Encore mieux, le nombre 7 semble être très apprécié.

Idéalement, utilisez « 7 » plutôt que « sept » dans votre titre.

Je viens d’aller faire un tour sur le site de Buzzfeed et cette tendance semble se confirmer …

N’hésitez jamais à inclure des nombres dans vos titres.

Ils seront tout simplement plus partagés.

Voici quelques exemples :

  • Comment obtenir 50 nouveaux inscrits à votre newsletter par semaine.
  • 12 raisons pour lesquelles vous n’arrivez pas à perdre du poids.
  • 5 façons de générer plus de ventes pour votre e-commerce avec la publicité Facebook.

Vous pouvez même réutiliser les formules que je vous ai donné pour vos titres « comment ». Regardez :

  • 7 étapes simples pour construire votre liste email rapidement.
  • 3 astuces pour arrêter la procrastination et augmenter votre productivité.

7) Mentionner la personne la plus importante

A votre avis, qu’est-ce qui intéresse le plus votre audience ?

Elle-même !

Nous nous intéressons d’abord à notre petite personne (tout le monde ne sera pas d’accord avec moi).

Beaucoup de publicitaires le savent, c’est pourquoi ils mettent en avant leur client idéal dans leurs publicités.

Cette stratégie est simple, il vous suffit de mentionner votre audience dans votre titre en utilisant « vous », « votre » ou directement l’impliquer dans votre titre.

J’ai déjà donné un exemple plus haut dans cet article, regardez :

  • Community Managers : Faites-vous ces erreurs sur les réseaux sociaux ?

Je m’adresse directement aux community managers. Il y a plus de chances qu’ils cliquent que si j’avais juste écrit : « Faites-vous ces erreurs sur les réseaux sociaux ? ».

Marie Forleo a très bien compris que c’est son audience la star de son show, regardez les titres de ses vidéos YouTube :

Ce n’est pas plus compliqué.

Faites en sorte que la majeure partie de vos titres inclue votre audience.

Voici d’autres exemples :

  • Entrepreneurs : arrêtez d’accepter de l’argent !
  • Faites-vous ces erreurs avec vos publicités Facebook ?

8) La spécificité

Et pour terminer, soyez spécifique dans vos titres.

C’est d’ailleurs l’un des 6 principes du livre « Ces idées qui collent » : rendre vos idées concrètes – en utilisant des faits plutôt que des affirmations générales.

Pour cela, vous pouvez utiliser :

  • Des chiffres. Au plus vous êtes précis, au mieux. Préférez 47% à 50% par exemple.
  • Des noms. N’hésitez pas à utiliser des noms connus dans vos titres. Exemple : « Voici les 6 exercices que fait Usain Bolt pour courir plus vite ».
  • Des descriptions.
  • Des métaphores.

Neil Patel, une référence mondiale en marketing digital, utilise constamment des titres ultra-spécifiques pour ses articles de blog.

Regardez celui-ci.

Ou encore celui-là.

Ce sont les titres que je préfère écrire.

Ils jouent dans le même temps sur la curiosité, sans avoir l’air de titres « putaclic ».

Buffer a même écrit dans son article que les titres qui sont très spécifiques – comme les deux exemples que je viens de vous montrer – commencent à l’emporter sur les titres qui jouent sur le « curiosity gap » (écart entre ce que nous savons et ce que nous ne savons pas).

En effet, il y a quelques années, les titres dont le but était d’attiser notre curiosité fonctionnaient bien parce que les gens n’y étaient pas habitués, mais maintenant tout le monde a compris que le but de ces titres est de nous faire cliquer. Et parfois, le contenu n’est pas à la hauteur. Leur efficacité en est donc diminué.

La formule ultime pour écrire un bon titre

Pour terminer, voici une superbe infographie que j’ai trouvé sur le blog de Quicksprout et qui résume les points essentiels qui constituent un bon titre, dont voici le résultat final.

La formule ultime pour écrire un bon titre :

Nombre ou Mot déclencheur + Adjectif + Mot Clé + Promesse.

Voici deux exemples de titres pour cet article avec la formule de Quicksprout :

  • 8 stratégies surprenantes pour écrire un titre génial.
  • Comment enfin créer des titres captivants : le guide ultime.

Voici les points les plus importants :

  • 8 personnes sur 10 vont lire votre titre, mais seulement 2 personnes sur 10 vont cliquer dessus. 
  • Votre titre doit être court : maximum 65 caractères.
  • La taille idéale d’un titre est de 6 mots.
  • Utilisez les mots « Vous » et « Votre » dans vos titres pour y inclure votre audience.
  • Utilisez des adjectifs intéressants (i.e. sans effort, incroyable, unique, surprenant, essentiel, etc.).
  • N’hésitez pas à utiliser la négativité dans les mots que vous choisissez. Les mots « Non », « Sans » et « Stop » déclenchent la viralité.
  • Utilisez des nombres (plus le nombre est grand, au mieux) et privilégiez les chiffres plutôt que les mots (7 au lieu de « sept »).

Conclusion

S’il y a une chose que vous devez retenir, c’est celle-ci :

Le titre doit être pensé pour que la personne clique. 

Il faut donc qu’il attire suffisamment l’attention pour que l’internaute s’arrête dessus.

Le meilleur moyen d’attirer l’attention est d’utiliser la curiosité. 

Justement, les 8 stratégies que je vous ai présenté peuvent être très bien utilisées ensemble.

Par exemple, vous pourriez écrire un titre « comment » avec des chiffres spécifiques et y ajouter en même temps une dose de curiosité !

Pour terminer, gardez en tête que votre audience a des problèmes et souhaite les résoudre. C’est pourquoi votre titre doit toujours refléter le résultat final ou le bénéfice.

A vous de jouer maintenant !

Ecrit par

Ecrit par

Danilo Duchesnes

Danilo aide les entrepreneurs et marketeurs à raconter l’histoire de leur entreprise sur Facebook, gagner en visibilité et trouver de nouveaux clients grâce à la publicité Facebook. En ce moment, Danilo est sûrement en train de chercher de nouvelles publicités à vous montrer dans ses articles. 

2 Commentaires

  1. Handel

    Merci Danilo, cet article m’a beaucoup aidé.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bonjour je suis Danilo

Bienvenue sur le blog ! C'est ici que je partage chaque semaine des stratégies marketing expliquées simplement et que vous pouvez appliquer dans votre métier. 

Besoin d'aide avec votre marketing ?

J'aide les entrepreneurs et marketeurs à raconter leur histoire, toucher plus de monde et trouver de nouveaux clients grâce à Facebook. Est-ce vous ?

NEWSLETTER

Recevez 10 ressources pour apprendre le marketing digital.

Share This