BLOG

10 leçons que j’ai apprises après 1 an de blogging (et ce que vous pouvez en retirer)

Content Marketing

Il y a tout juste un an, j’ai lancé ce blog sur le marketing digital.

En juin 2017, le contexte était bien différent de ce qu’il est maintenant.

Je vivais à Bruxelles et je travaillais chez Ubeeqo comme apprenti en marketing digital.

J’étais en charge des campagnes de publicité online (Facebook, Adwords, LinkedIn, etc.) de la startup.

Chaque lundi, je devais faire du « reporting » et être proactif par rapport à mon analyse des résultats. Les jours suivants, on était reparti pour tester de nouvelles choses.

C’était comme ça chaque semaine.

Le problème, c’est que je savais que je n’allais pas continuer dans cette boite et qu’en juillet j’allais être en contraint de chercher un nouveau travail.

Mince !

Je n’ai pas envie de chercher un nouveau travail, je veux lancer mon propre projet !

Vous connaissez peut-être ce discours du jeune un peu naïf et plein d’énergie.

C’était moi !

L’année passée, j’étais très influencé par Gary Vaynerchuk, le gourou des réseaux sociaux.

Il parlait tout le temps de créer du contenu et de développer son « personal branding ». Il avait l’air vraiment, mais alors vraiment, convaincu par ça.

Dans ses livres, il partageait des témoignages de jeunes gens qui ont réussi à trouver un travail, développer une entreprise ou devenir influenceur grâce aux médias sociaux.

Motivé et convaincu par ses idées, je me suis décidé à créer mon propre site web, tout seul comme un grand.

J’ai choisi mon nom comme nom de domaine pour mon site web. Gary disait qu’on peut toujours « pivoter » en utilisant son propre nom, alors j’ai fait ce choix.

Je suis vraiment passionné par le marketing digital et les réseaux sociaux, donc je me suis dit que j’allais bloguer dessus en premier, une fois par semaine (no more).

Comme je n’étais sûr de rien, je me suis ouvert à 2 possibilités :

  • Soit ce blog m’aide à retrouver un travail plus facilement
  • Soit ce blog m’aide à développer une activité de consultant marketing

(L’échec n’en était pas une)

C’est important que je vous dise ça parce que dès le départ, je me suis mis en tête que l’argent ne serait pas une motivation pour moi.

SURTOUT, je ne voulais pas faire comme les autres de ma génération et monétiser à tout prix avec des formations payantes du type « je régurgite des informations que j’ai trouvé gratuitement ailleurs » (j’y reviendrai).

J’étais vraiment très incertain quand j’ai commencé.

J’avais des doutes et je me posais des questions de ce genre :

  • Comment est-ce que je vais faire connaitre ce blog ? (Je n’avais presque pas de budget à investir)
  • Est-ce que je suis vraiment légitime pour écrire sur le marketing ?
  • Est-ce qu’il sera possible de se faire une place parmi les « gros » du secteur ?
  • Est-ce qu’il n’est pas plus intéressant de devenir YouTubeur ou de me dénuder sur Instagram (c’est une blague !) ?

J’ai dépassé toutes ses interrogations que j’avais.

En une longue année, j’ai écrit exactement 52 articles sur ce blog (oui, j’ai blogué une fois par semaine sans exception !).

J’ai écrit une trentaine d’articles invités (articles sur d’autres blogs).

Ecrire autant d’articles m’a fait progresser en tout point.

J’écris plus vite, je m’organise mieux, je communique mieux, etc.

Cerise sur le gâteau, mon blog me permet de pratiquer un métier que j’aime vraiment où et quand je veux.

Oui, j’ai des contraintes comme tout le monde mais c’est essentiellement grâce à mon blog que mes clients me trouvent. Pour moi, c’est une vraie réussite.

Aujourd’hui, j’ai envie de vous partager ce que j’ai appris en un an de blogging, aussi bien au niveau humain que professionnel, en passant par quelques leçons qui vous seront utiles si vous produisez (ou planifiez de produire) du contenu web.

1) Publiez du contenu de qualité régulièrement

Avoir un blog, c’est aussi être régulier.

L’erreur du débutant, c’est de publier tous les jours en attendant que le trafic apparaisse tout d’un coup.

Le problème c’est que le blogueur débutant se décourage très vite parce qu’il n’obtient pas ou peu de résultats.

C’est normal. Il n’est pas sérieux.

Il publie une fois de temps en temps et a peur de se promouvoir.

Bloguer est un vrai métier (pas bien payé mais un métier quand même).

C’est dur, ça prend du temps et se promouvoir sur les réseaux sociaux quand personne ne vous connait est un vrai challenge.

Alors, qu’est-ce qu’il faut faire ?

Publier moins et faire beaucoup de promotions ?

Publier plus et faire moins de promotions ?

Aucun des 2 !

Je dirai que c’est de publier régulièrement du contenu de qualité qui deviendra VIRAL.

J’ai misé sur cette stratégie.

Plutôt que de publier un article bateau et rempli de fautes d’orthographe quand ça m’arrange, j’ai écrit chaque semaine un article de qualité.

Je vous parle d’un article qui résout un problème urgent. Un article où j’ai fait mes recherches, inclue des exemples et des statistiques, des anecdotes, etc.

J’ai fait ça chaque semaine et j’ai investi beaucoup de temps et énergie dans leur promotion.

Mais ne me dites pas ce que je n’ai pas dit : publier moins ne veut pas dire que vous aurez de meilleurs résultats.

En fait, dans le blogging, plus vous publiez, plus vous obtiendrez des résultats.

Selon Hubspot, les entreprises qui publient plus de 16 posts par mois reçoivent presque 3,5 fois plus de trafic que les entreprises qui publient entre 0 et 4 posts mensuels.

L’étude d’Orbit Media montre également que les blogueurs obtiennent de meilleurs résultats en publiant plus.

Comme vous le voyez, les blogueurs qui publient plus d’une fois par jour obtiennent les meilleurs résultats.

Si vous débutez, il est pratiquement impossible de garder un rythme de publication journalier. Vous risquez de manquer de temps et d’idées.

Ce que vous devez retenir : Publiez une fois par semaine un article de très haute qualité et passez autant de temps à le promouvoir que le temps que ça vous avez pris pour le rédiger. Appliquez ces 6 principes pour produire des contenus viraux.

2) Ne restez pas dans votre coin 

Déjà avant de bloguer, j’avais de la discipline. Travailler dur n’a jamais été un problème pour moi.

Donc autant vous dire que je n’ai eu aucune difficulté à publier régulièrement.

Par contre, je ne suis pas du genre à aller naturellement vers les gens.

En tant que blogueur, vous devez mettre votre fierté de côté et aller vers les autres (blogueurs, influenceurs, entreprises du secteur, etc.). C’est obligatoire sinon vous resterez toujours tout seul !

Vous devez communiquer, vous constituer un réseau et développer des relations.

Attention, il ne faut surtout pas faire l’erreur d’aller vers les gens pour leur demander quelque chose …

A coup sûr, on ne vous répondra pas.

Quand vous établissez le contact avec quelqu’un sur Internet, ayez une attitude généreuse (donner plutôt que de demander).

Je sais de quoi je parle !

Après une année de blogging, je connais et côtoie déjà de nombreux blogueurs et influenceurs du marketing digital.

Comment est-ce que j’ai fait ?

C’est simple, je leur ai à tous apporté de la valeur.

J’ai écrit plusieurs fois sur leur blog.

Je me suis montré généreux dans l’effort en traitant leur blog comme si c’était le mien.

Regardez, récemment j’ai encore publié sur le blog du Journal du CM, édité par mon confrère Laurent Bour.

Une autre façon de développer des relations avec les « gros » de votre industrie est simplement de féliciter leur travail. 

Comment ?

Sur Internet, vous pouvez retweeter leurs articles et ajouter un petit commentaire. En plus, vous avez maintenant 280 caractères par tweet !

Vous pouvez aussi faire des liens vers leurs articles et les prévenir (ne demandez pas un partage en échange, vous êtes généreux ne l’oubliez pas).

J’ai envoyé des centaines de messages comme celui-ci durant mes premiers mois en tant que blogueur.

Je peux vous dire que ça marche.

C’est comme ça que j’ai connu Catherine Daar, experte du Facebook Live.

La semaine passée, j’ai eu la chance d’être invité dans son émission « Live Your Social » (je suis passé à la minute 40).

Je ne vous dis pas ça pour me vanter mais juste pour vous expliquer qu’il est important de constituer votre réseau en allant vers les gens.

Ce que vous devez retenir : Ne restez pas dans votre coin ! Commentez, tweetez, bloguez chez les autres et envoyez des inmails sur LinkedIn. Ayez toujours une attitude généreuse.

3) Le SEO prend du temps

Je n’écris pas sur le SEO mais ça ne veut pas dire que je ne sais pas comment ça marche !

Au début, je reconnais que je n’y connaissais (presque) rien.

Je bloguais sans aucune stratégie SEO derrière.

Quelle grosse erreur !

Je vous disais que j’étais naïf à l’époque.

Le marketing de contenu (écrire des articles), c’est du SEO.

Oui, vous avez bien lu. Quand vous faites du marketing de contenu, vous faites indirectement du SEO.

Le SEO crée la demande tandis que le marketing de contenu répond à cette demande avec des contenus utiles.

Un bon marketeur de contenu va cibler les bons mots clés et se positionner sur ces mots clés en utilisant des stratégies SEO.

J’ai seulement intégré le SEO dans ma stratégie en décembre 2017.

Je vous laisse voir l’évolution de mon trafic SEO en un an.

De juin 2017 à octobre 2017, c’était le néant.

J’ai commencé à avoir du trafic SEO en octobre 2017 après avoir écrit quelques articles invités qui ont boosté (un peu) l’autorité de mon jeune site.

Conscient du potentiel SEO de mon site, j’ai investi mon temps dans le SEO aux alentours de décembre 2017 en optimisant mes articles pour des mots clés recherchés à l’avance.

En janvier 2018, mon trafic provenant du SEO a décollé de 70 visiteurs par jour jusqu’à atteindre les 1200 visiteurs par jour début juin.

(Note : Je ne suis pas du genre à me « vanter » du trafic généré sur mon site. Le trafic n’est pas important en soit, les revenus le sont. Je veux juste vous montrer qu’il est possible d’acquérir rapidement du trafic).

Dans les grandes lignes, voici que j’ai fait pour obtenir ses résultats :

  • Optimiser mes articles pour un mot clé (quelques exemples : algorithme de Facebook, pixel Facebook, prix de la publicité Facebook, etc.).
  • Bloguer le plus souvent sur un sujet spécifique. Google préfère les sites de niche depuis la mise à jour Hummingbird (devinez sur quoi mon site est spécialisé ? Facebook !).
  • Ecrire des titre accrocheurs. Un taux de clic important indique à Google que votre contenu est intéressant et pertinent. Avec le temps, vous remonterez dans les résultats de recherche.
  • Ecrire des articles longs et utiles (au moins 2500 mots). Les articles de plus de 2000 mots se positionnent mieux sur Google.
  • Privilégier l’expérience utilisateur : site rapide, optimisé pour mobile, sans pubs, sans pop-ups d’entrée, etc.

Et les backlinks ?

Oui, ils sont importants, mais ce n’est pas le seul facteur de ranking de Google. J’en ai récolté beaucoup en un an mais je peux vous dire que ça ne fait pas tout.

Pour des mots clés concurrentiels, je me positionne mieux que des sites qui ont une autorité bien supérieure à la mienne.

Il y a 6 mois, Le Siècle Digital, un blog d’industrie, était positionné en premier sur le mot clé « algorithme de Facebook ».

Les articles que j’ai écrit sur le sujet sont plus longs, plus complets et ont obtenu plus de partages sur les réseaux sociaux. Ce sont des facteurs qui influencent fortement votre ranking.

Les backlinks ne font pas tout.

Ce que vous devez retenir : Pensez au SEO dès le départ mais n’écrivez PAS seulement pour Google ! Oui, sérieusement. Ecrivez du contenu utile POUR vos lecteurs. Optimisez votre contenu selon un seul mot clé et pensez toujours à l’expérience utilisateur sur votre site.

4) Développez une communauté 

Je suis vraiment fier de la communauté que j’ai développé ces 12 derniers mois.

Chaque jour, nous sommes de plus en plus et j’espère que cela va continuer comme ça.

Les choses seraient sûrement différentes si je n’avais pas promu activement ma Newsletter et pris tant de temps à animer ma Page Facebook et ensuite mon Groupe Facebook.

Les 3 premiers mois, j’ai développé mon lectorat grâce à ma Newsletter. Malheureusement, une Newsletter ce n’est pas suffisant puisque vos abonnés ne peuvent pas interagir entre eux.

De plus, le taux d’ouverture des emails est loin d’être élevé (entre 20 et 25% en moyenne).

Ensuite, j’ai tout doucement poussé du contenu sur ma Page Facebook mais on sait tous que les gestionnaires de Pages Facebook obtiennent de moins en moins de portée organique.

Si vous n’êtes pas prêt à payer, il est très difficile de développer une communauté sur Facebook à partir d’une Page.

La solution : créer un Groupe Facebook !

C’est ce que j’ai fait en créant un groupe Facebook privé en rapport avec la thématique de mon activité : le marketing sur Facebook et Instagram.

J’ai invité tous les membres de ma Newsletter à le rejoindre et chaque nouveau inscrit se voit également proposer l’accès au groupe privé.

Facebook recommande d’ailleurs d’en créer un depuis la mise à jour de l’algorithme et beaucoup de marketeurs affirment que les Groupes sont les « nouvelles Pages ».

Ce que j’aime vraiment dans les groupes, c’est qu’ils n’ont pas pour but premier de promouvoir vos produits ou services mais plutôt d’échanger autour d’un intérêt commun.

De ce fait, vous obtiendrez plus facilement la confiance de vos membres qu’avec une simple Page.

Dans mon Groupe, il y a de nombreux échanges, débats, publications autour de l’actualité des plateformes Facebook et Instagram, etc.

Oui, ça me demande du temps en plus pour animer le Groupe mais c’est sans aucun doute l’une des meilleures décisions que j’ai prises pour développer une communauté sur les réseaux sociaux.

A mon avis, si vous voulez aujourd’hui promouvoir intelligemment votre activité sur Facebook, vous devriez sans aucun doute miser sur la création d’un Groupe Facebook autour d’un centre d’intérêt commun entre votre activité et votre audience.

Ce que vous devenez retenir : Consacrez une partie de votre temps (i.e. 20 minutes par jour) à développer votre communauté sur les réseaux sociaux. Interagissez avec vos membres, apportez de la valeur, suscitez le débat et publiez du contenu exclusif (i.e. vidéos, lives).

5) Le titre est vraiment important

Si vous lisez régulièrement mon blog, vous savez que j’ai déjà beaucoup évoqué le sujet des titres.

C’est parce qu’écrire un bon titre est PRI-MOR-DIAL surtout quand on sait que 8 personnes sur 10 vont lire votre titre, mais seulement 2 personnes sur 10 liront la suite.

Pensez-y.

Votre titre est une promesse que vous faites à la personne qui va consommer votre contenu.

Elle doit communiquer clairement la valeur (ou le résultat) que vous allez offrir à la personne en échange de son temps.

Ecrire des titres accrocheurs est un art qui s’apprend.

Alors voici quelques faits et astuces que j’ai noté dans un « swipe file » que je relis toujours avant d’écrire mes titres :

  • Le titre doit toujours évoquer un résultat ou un bénéfice chez le lecteur (le titres qui commencent par « comment » sont très efficaces pour évoquer un résultat)
  • Les titres avec 6-13 mots attirent le trafic le plus important et le plus qualifié (Hubspot)
  • Les mots négatifs augmentent le taux de clic
  • Les nombres rendent votre titre plus clair et spécifique, ce qui augmente le taux de clic.
  • Les titres « liste » obtiennent le plus de partages sur les réseaux sociaux (les nombres 10, 5, 15 et 7 donnent les meilleurs résultats)
  • Utilisez des adjectifs (ex : sans effort, innovant, original, unique, étrange, peu connu, etc.)
  • Essayez de mentionner votre audience dans votre titre

Pour aller plus loin, vous pouvez lire ces 2 articles que j’ai écrit :

Ce que vous devez retenir : Ne négligez pas votre titre. Prenez l’habitude d’écrire une dizaine de titres différents en vous inspirant de ces conseils ou autres formules de titre que vous trouverez dans les 2 articles ci-dessus.

6) N’essayez pas de vendre à tout prix 

Au début de cet article, je vous disais que je ne voulais pas monétiser mon site à tout prix par la vente de formations en ligne.

Remettons les choses dans leur contexte.

Quand vous commencez à produire du contenu sur le web, une idée vous vient rapidement en tête : « comment est-ce que je vais bien pouvoir monétiser tout ça ? ».

Vous faites quelques recherches sur Google et vous trouvez rapidement des réponses.

Sur Internet, en tant que créateur de contenu, vous pouvez monétiser votre savoir et votre audience de plusieurs façons :

  • Publicité AdSense (qui ne rapporte rien)
  • Affiliation (vendre les produits des autres)
  • Proposer vos services (prestations, coaching, consulting, etc.)
  • Vendre vos propres produits (ebooks, formations, cours en ligne, produits physiques)

Je n’ai rien contre l’affiliation, pour autant que vous utilisez vraiment les produits dont vous faites la promo.

Par contre, je vous mets en garde sur la vente de formations en ligne.

Le marché des formations en ligne est en plein essor.

En 2016, la valeur du marché des cours en ligne était déjà de 46 milliards de dollar.

Les gens en sont conscients, il n’est plus nécessaire d’aller à l’école pour apprendre un métier (j’en suis la preuve vivante, je n’ai pas étudié le marketing digital à l’université).

Du coup, ces dernières années, on a vu apparaitre de nombreux pseudo-experts attirés par les promesses que les vendeurs de rêve d’Internet leur ont vendu :

  • « Tu pourras vivre sur une île paradisiaque comme moi en vendant des formations »
  • « Je gagne 10.000€ par mois en vendant des formations. Tu peux le faire aussi ! »
  • « Tu n’as pas besoin de tout savoir. Il te faut juste un tunnel de vente et ensuite tu crées ta formation »

Cela fait 2 ans que je vois partout ce genre de promesses.

C’est d’autant plus décevant que beaucoup de gens (jeunes ou plus âgés) tombent dans le panneau.

Je ne vais pas m’éterniser longtemps là-dessus. Je veux juste vous dire que si vous souhaitez monétiser votre savoir, c’est tout à fait possible en vendant des cours en ligne.

Vous devriez alors vous poser ce genre de questions :

  • Etes-vous vraiment qualifié pour donner un cours ? Etes-vous un spécialiste ou un expert ?
  • Avez-vous de l’expérience ? (3 mois, ça ne compte pas …)
  • Avez-vous déjà aidé plusieurs personnes ?

La dernière question est très importante et c’est là où je veux en venir.

Honnêtement, si vous n’avez jamais obtenu de résultats pour personne (mis à part vous), qu’est-ce qui vous qualifie pour monétiser votre savoir ?

Je vous donne un exemple pour mieux comprendre. 

Vous êtes coach sportif spécialisé dans la remise en forme mais vous n’avez jamais aidé quelqu’un d’autre que vous à retrouver la forme. Est-ce que vous êtes qualifié pour vendre un programme de remise en forme ?

Non, pas encore, vous êtes juste bon au sport.

Vous êtes coach sportif et vous avez déjà aidé des dizaines d’hommes et de femmes à retrouver la forme grâce à du coaching personnalisé. Etes-vous qualifié pour vendre un programme de remise en forme ?

Oui, sans aucun doute. Vous avez des résultats pour vous et vous êtes assez bon pour obtenir des résultats pour les autres.

Mieux encore, vous avez des études de cas à présenter, des témoignages ou autres références clients (preuve sociale).

Autrement dit, vous avez une véritable expérience sur le terrain. Vous êtes tout à fait en droit de vendre une formation ou un cours en ligne.

Pour cette raison, le meilleur conseil que j’ai à vous donner, si vous n’avez pas encore la légitimé ou l’expertise requise pour vendre un cours en ligne, serait de vendre votre savoir au travers de prestations de services ou de conseil (coaching ou accompagnement sur plusieurs semaines).

C’est exactement ce que j’ai fait ces 6 derniers mois.

Si vous voulez en savoir plus sur mes méthodes, je vous invite à lire cet article où j’explique le process que j’utilise pour vendre mes services.

Ce que vous devez retenir : Si vous venez de vous lancer, n’essayez pas de vendre à tout prix. Vous risquez de perdre le peu de confiance que vous avez acquise de votre communauté. Attendez de gagner de l’expérience avant de vous lancer.

Attention à ne pas tomber dans le piège du « marketing aggressif » pour vendre vos produits (fausse urgence, faux témoignages clients, promesses exagérées, garanties intenables, etc.).

7) Bloguez sur des sujets que vous aimez ET que vous connaissez

Publier régulièrement est un vrai travail.

Alors pour rester motivé semaine après semaine, il est important d’être passionné (ou au moins d’aimer) le sujet sur lequel vous allez bloguer.

Si vous me lisez régulièrement, vous savez que j’écris souvent à propos de Facebook (et Instagram dans une moindre mesure).

C’est parce que je suis VRAIMENT intéressé par le sujet.

J’aime faire de la publicité Facebook. C’est incroyable les choses qu’on peut faire avec cet outil.

Je crois vraiment en Facebook et Instagram dont la mission est de rapprocher le monde.

Facebook nous permet de nous tenir au courant de tout ce qui se passe dans le monde et Instagram nous donne de l’inspiration dès que nous en avons besoin.

Pour cette raison, je sais que je resterai longtemps dans cette industrie parce que j’y m’intéresse vraiment.

Vous voyez pourquoi vous ne devez pas vendre à tout prix. Si vous êtes motivé par l’argent ou autre chose, vous ne tiendrez jamais dans la durée.

Vos contenus ne seront pas assez intéressants pour qu’on les consomme. La passion doit se sentir naturellement dans vos contenus.

Aussi, vous devez connaitre votre sujet.

Comme je vous disais, j’aime la publicité Facebook mais je n’en parlerai pas sur mon blog si je n’avais pas eu une véritable expérience dans le domaine.

A Ubeeqo, j’ai créé et géré des campagnes de publicité Facebook pendant 6 mois. En plus, j’ai passé des heures à me former en autodidacte.

Et c’était il y a un an ! Depuis, j’ai encore bien progressé (voilà pourquoi vous devez vendre vos services au début).

Ce que vous devenez retenir : Créez du contenu sur ce que vous aimez et apprenez tout ce qu’il y a à savoir sur le sujet. De cette façon, vos contenus transmettront naturellement votre passion et vous ne manquerez jamais d’idées de contenu.

8) Il ne faut pas avoir peur de la concurrence

La concurrence dans un marché est quelque chose de naturel.

Il est normal d’avoir des concurrents meilleurs que vous.

C’était une de mes craintes quand j’ai commencé. Comment est-ce que je vais bien pouvoir me démarquer ?

Après tout, je suis plus jeune, moins expérimenté et je n’ai même pas d’argent pour me promouvoir !

Après avoir écrit quelques articles (sans succès), j’ai compris que ça ne servait à rien de parler de blogging, d’email marketing et de réseaux sociaux.

Il fallait que je me positionne.

Se positionner, c’est trouver un segment de marché isolé et qui n’est pas encore totalement satisfait.

En y réfléchissant, j’avais constaté qu’il n’y avait aucun blog en France qui se spécialisait dans un domaine dans lequel j’étais bon : la publicité Facebook.

J’ai donc eu de la chance puisque c’est comme ça que je me suis positionné :

J’expliquais à l’entrepreneur indépendant ou dirigeant de TPE comment utiliser la publicité Facebook pour gagner en visibilité sur Facebook et trouver de nouveaux clients.

Après ça, j’ai consacré tout mon temps à produire du contenu en rapport avec la publicité Facebook :

  • Sur mon blog
  • Sur d’autres blogs
  • Sur les réseaux sociaux

Cela m’a beaucoup aidé à me démarquer au début et même de me positionner sur Google.

Rappelez-vous, Google aime les sites qui traitent un sujet dans sa totalité.

Ce que vous devenez retenir : Dès le départ, positionnez-vous comme un spécialiste (et non un généraliste !). Visez un segment de marché (et non son entièreté). Avec le temps, vous pourrez tout doucement étendre les sujets que vous traitez et toucher d’autres personnes.

9) Soyez authentique et honnête

Quand j’ai commencé le blogging, j’ai fait l’erreur de regarder ce que faisait les autres dans mon secteur.

Résultat : je me retrouvais à utiliser les mêmes mots qu’eux et à partager donner les mêmes opinions.

Je n’étais plus totalement moi-même, mais je ne le savais pas.

Après quelques semaines, je m’en suis rendu compte et j’ai immédiatement arrêté de lire les blogs francophones pour être sûr d’avoir mes propres perspectives.

J’ai commencé à développer mon propre style d’écriture et mes expressions. J’ai aussi appris à polariser mon message en donnant mon avis sur ce qui me dérange.

Je suis tout à fait conscient que certaines personnes ne seront pas d’accord avec certains de mes propos et c’est justement ce que je recherche 🙂

C’est ce qu’on appelle l’authenticité : être soi-même.

Ensuite, il y a l’honnêteté.

Je vous parlais du fait que certains créateurs de contenu ne sont pas honnêtes avec eux-même et les autres, en régurgitant ou en vendant de l’information qu’ils ont trouvé gratuitement ailleurs.

C’est bien dommage parce que c’est tellement simple d’être honnête sur le web. Il vous suffit de :

  • Citer vos sources
  • Ne pas mentir pas sur vos compétences (ne jouez pas à l’expert si vous n’en êtes pas un, il n’y a rien de mal à être débutant)

Ce que vous devez retenir : Sur Internet, la tentation est peut-être un peu plus forte de vous faire passer pour quelqu’un d’autre ou de mentir. Ne faites pas ces erreurs. Soyez vous-même, les autres sont déjà pris !

10) Ne vous dispersez pas

Il y a 6 mois, j’ai annoncé dans une Newsletter que j’allais faire des vidéos en plus de lancer un Groupe Facebook.

Mais qu’est-ce que j’avais dans la tête ?!

C’était bien trop tôt !

J’avais une erreur qu’il ne faut pas connaitre quand on se lance dans la création de contenu : se disperser.

Sur Internet, le contenu peut se présenter sous 3 grands formats :

  • Articles
  • Vidéos
  • Audio (podcasts)

Source : Gary Vaynerchuk

Pour héberger ce contenu, les plateformes ne manquent pas non plus :

  • Site web
  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram (et maintenant IGTV)
  • LinkedIn
  • Applis de podcasts (Soundcloud, Apple Podcasts)

Je ne vous en ai cité que quelques-unes … Vous voyez à quel point il est difficile de rester concentré.

Vous savez que j’ai commencé par les articles de blog en juin 2017.

En septembre 2017, j’ai commencé à être actif sur Facebook (Page) et Twitter.

J’ai lancé mon Groupe Facebook début 2018.

On est déjà sur 4 plateformes …

Malheureusement, j’ai compris que ça ne serait pas possible de produire du contenu vidéo et de l’héberger en plus sur Facebook et YouTube (mon plan de départ).

Si je l’avais fait, je n’aurais pas su produire autant de contenu et être actif sur toutes ces plateformes. J’aurais sûrement délaissé la qualité.

Pour cette raison, j’ai décidé de ne pas faire de vidéo tout de suite et d’attendre de maîtriser toutes les plateformes sur lesquelles je « joue ».

J’oubliais.

Il y a 2 mois, j’ai commencé à être actif sur LinkedIn, ce qui fait maintenant 5 plateformes différentes …

Je ne vous cache pas que c’est un vrai travail qui me demande de l’organisation et de la rapidité d’exécution.

Si j’avais commencé à être actif sur toutes ces plateformes en même temps, j’aurais sûrement échoué.

Ce que vous devez retenir : Commencez par produire du contenu dans un seul format (article, vidéo ou podcast) et faites-en la promotion active sur une ou 2 plateformes maximum (ex : Facebook et Twitter). Dès que vous vous sentez à l’aise, testez un nouveau format ou une nouvelle plateforme, et ainsi de suite.

What’s Next ?

J’espère qu’au travers cet article, vous avez eu l’occasion de mieux me connaitre et comprendre les actions que j’ai mises en oeuvre pour développer mon blog.

Je vous ai aussi donné mes motivations et les raisons qui m’ont poussées à lancer mon blog !

Le but n’était évidemment pas de me « vanter » sur mon parcours mais surtout de vous donner toute une série de leçons qui vous aideront, je l’espère, à vous faire connaitre grâce au contenu.

Dans les mois qui suivent, je vais continuer à développer ce blog et enfin faire des vidéos (à voir quelle plateforme je vais choisir en premier : Facebook ? YouTube ? IGTV ?)

Si vous êtes intéressé (même un peu) par la création de contenu, je ne vous conseille pas nécessairement de lancer un blog. 

Certes, c’est le format le plus « facile » pour démarrer mais il devient de plus en plus « old school » surtout pour les plus jeunes générations.

Je vous conseille plutôt d’apprendre la vidéo. C’est le format qui connait la plus grosse croissance et qui est le plus apprécié par les internautes. Après tout, 80% du trafic web sera de la vidéo d’ici 2019

Quoi que vous fassiez, restez toujours vous-même. Produisez du contenu sur ce que vous aimez et connaissez. Développez des relations sincères avec les autres et surtout évitez de vendre à tout prix !

Merci d’avoir lu jusqu’ici.

Au fait, est-ce que nous sommes déjà connectés sur les réseaux sociaux ? 

Venez me rendre visite sur : Facebook | Instagram | LinkedIn | Twitter

Ecrit par

Ecrit par

Danilo Duchesnes

Danilo est consultant en marketing digital et formateur spécialisé dans les publicités Facebook/Instagram. Il aide au quotidien des entrepreneurs, e-commerçants et PME à augmenter leur visibilité et générer plus de ventes grâce à Facebook. Danilo se démarque par sa franchise parfois extrême et son sens de l'humour !

11 Commentaires

  1. Matthieu B.

    Bonjour Danilo,

    Merci beaucoup pour ce super article que je vais relire puisqu’il me concerne directement.

    J’ai lancé le mois dernier mon auto-entreprise de conseil en communication digitale et je me suis fixé l’été pour préparer mes cours (j’ai une école privée comme client à partir de septembre), ma méthodologie (pour une entreprise cliente sur plusieurs mois) et… un blog !

    Alors ça démarre bien mais suscite aussi beaucoup de questions pour moi, alors je suis content d’avoir des réponses via ton expérience.

    Pour l’idée de la fin, la vidéo plutôt qu’un blog pour se lancer, je me demandais une chose. Les plus jeunes générations apprécient la vidéo, mais ce ne sont pas forcément ceux qui ont le plus besoins de conseils puisqu’ils sont nés avec le digital. Alors que les quadragénaires en pleine activité sont parfois largués par le numérique auquel ils ont dû s’habituer. Est-ce que eux ne trouveraient pas plus pertinent un consultant qui a son propre site plutôt qu’un qui fait des vidéos ? À défaut de pouvoir faire les deux bien sûr !

    Matthieu

    Réponse
    • Danilo Duchesnes

      Je vois ce que tu veux dire matthieu. En effet, le format que tu choisis va aussi dépendre de ton audience. Tu peux aussi demander à ton audience quel format elle préfère 🙂

      Réponse
      • Matthieu

        Merci de ta réponse.

        C’était juste une idée à force de côtoyer des patrons de PME qui disent : « Eux ils ont un beau site ! » avec admiration (bienvenue 10 ans en arrière !)

        Réponse
  2. Alicia

    Hey ! Merci pour cet article passionnant ! Très intéressant ce retour et qui plus est tu nous apprends des choses. Ça fait du bien de lire du vrai contenu de qualité.

    A un moment tu parles des titres avec une infographie aurais tu la source stp ? Merci 🙂

    Réponse
    • Danilo Duchesnes

      Salut Alicia,

      Merci ! Je n’ai pas d’infographie en rapporta avec les titres :/

      Réponse
  3. clem

    Super article qui va surement bien me servir !
    Bravo

    Réponse
  4. Hajalalayina

    Hello Danilo ! Merci pour cet article passionnant et ce feedback ! Il est très instructif 🙂 Du coup, ton blog va atterir dans mes fav’ 🙂 A bientôt !

    Réponse
  5. Matthieu Desroches

    Excellent article! C’est impressionnant de voir le succès que tu as eu avec ton blog en si peu de temps!

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bonjour, je suis Danilo

Bienvenue sur le blog ! C'est ici que je partage chaque semaine des stratégies marketing expliquées simplement et que vous pouvez appliquer dans votre métier. 

Besoin d'aide avec votre marketing ?

J’aide les entrepreneurs, e-commerçants et PME à augmenter leur visibilité et générer plus de ventes grâce à Facebook. Est-ce que je peux vous aider aussi ?

NEWSLETTER

Recevez 10 ressources pour apprendre le marketing digital.

Share This