BLOG

Comment analyser les performances de vos publicités Facebook ? 10 indicateurs à suivre

Facebook Ads, Tout

J’ai déjà beaucoup écrit sur la création de campagnes de publicité Facebook rentables.

Et il est possible que vous ayez déjà lu et consommé de nombreux contenus sur ces sujets : Business Manager, audiences similaires, reciblage publicitaire, Power5, etc.

Après avoir lancé vos campagnes de publicité Facebook, comment savoir si elles fonctionnent ? Comment évaluer la baisse de performance d’une audience ou d’une publicité ?

C’est frustrant de ne pas comprendre les chiffres que vous voyez apparaître dans votre Gestionnaire de publicités, d’autant plus que certains ne sont pas pertinents selon vos objectifs.

C’est surtout l’interprétation de ces chiffres qui est importante et qui vous aidera à prendre des décisions importantes pour votre business :

  • Augmenter le budget d’une campagne d’acquisition parce que tous les signaux sont au vert
  • Couper une audience parce qu’elle a cessé de vous générer des résultats
  • Lancer de nouvelles publicités parce que vous laissez tourner les mêmes publicités depuis 2 mois !

Comment obtenir ces informations ? Et quels indicateurs devriez-vous analyser ?

C’est l’objet de ce nouvel article.

Dans cet article, je vais vous présenter 7 façons d’évaluer les performances de vos publicités Facebook, quel que soit votre objectif.

Pour chaque méthode d’analyse des performances, je vous donnerai les indicateurs que vous devriez analyser, les relations qui existent entre ces indicateurs et comment les interpréter.

Au total, il y a aura 10 indicateurs que vous pourrez suivre au jour le jour pour mesurer vos performances efficacement.

Pour terminer, je vous montrerai comment trouver ces indicateurs dans votre Gestionnaire de publicités Facebook et créer votre propre rapport personnalisé.

1) Évaluer la sensibilisation 

La première méthode d’évaluation qui me vient en tête pour analyser des campagnes de publicité Facebook, c’est observer le nombre de personnes que vous avez touché grâce à vos campagnes.

On l’oublie parfois, mais les campagnes de publicité ont toujours pour effet de mettre un message marketing devant un certain nombre de personnes.

Parfois, le seul but est de créer de la sensibilisation envers votre marque ou votre offre. En d’autres mots, la publicité aura pour rôle de montrer que vous existez et que vous résolvez un problème devant le plus de personnes possible.

Les 2 indicateurs que vous pouvez suivre pour mesurer la sensibilisation sont :

  • Couverture : Le nombre de personnes qui ont vu votre publicité. Par exemple, si votre publicité Facebook a été montrée à 1000 utilisateurs, la couverture de votre campagne sera de 1000.
  • Impressions : Le nombre de fois que vos publicités ont été vues, même si une personne a vu votre publicité plusieurs fois. Si votre publicité a été vue par 1000 personnes et que chacune d’entre elles a vu la publicité 2 fois, vous avez généré 2000 impressions.

Vous pouvez retrouver ces 2 indicateurs dans votre Gestionnaire de publicités Facebook et évaluer pour chaque campagne, le nombre de personnes touchées (couverture) et le nombre de fois que les publicités ont été vues (impressions) durant une période définie.

Vous remarquez ici que mes publicités ont touché 1.245.947 personnes entre le 1er décembre 2019 et le 31 janvier 2020 pour un budget investi de 3141,55€ ! Cela fait beaucoup quand on y pense 🙂

Comme je vous le disais, selon vos objectifs business et la campagne que vous avez lancée, ces 2 indicateurs auront plus ou moins d’importance.

Par exemple, un annonceur aura moins tendance à analyser la couverture et les impressions d’une campagne optimisée pour générer du trafic ou des ventes. Il regardera plutôt le nombre de clics générés et le nombre d’achats.

Par contre, un annonceur a tout intérêt à mesurer l’évolution de ces 2 indicateurs pour une campagne ayant un objectif de « couverture » ou « notoriété de la marque ».

Quoi qu’il en soit, nous verrons que ces 2 indicateurs restent importants dans le cas où vous souhaitez mesurer l’intérêt pour vos publicités ou la fatigue publicitaire.

Nous y reviendrons dans la suite de cet article 🙂

2) Évaluer l’engagement sur vos publicités Facebook 

L’engagement sur vos publicités Facebook ou Instagram a beaucoup d’importance parce que Facebook tient à ce que les utilisateurs aient une bonne expérience sur la plateforme.

De ce fait, une publicité qui obtient plus d’engagements par rapport à d’autres annonces qui touchent une même audience aura tendance à bénéficier de meilleurs placements et donc être davantage diffusée.

À chaque instant, le système d’enchères de Facebook décide où et en quelle position placer votre publicité.

Pour cela, il prend en compte à la fois l’enchère de l’annonceur, le taux d’action estimé et l’expérience-utilisateur (induite par des signaux comme l’engagement et le feedback sur vos publicités)

La publicité qui obtient la valeur totale la plus élevée gagne l’enchère.

Voilà pourquoi vous devriez régulièrement analyser l’engagement sur vos publicités et observer si des publicités génèrent plus d’engagements que d’autres, et si cela influe sur les impressions, les clics et les conversions.

Généralement, la corrélation est positive entre les engagements et les conversions.

Facebook mesure l’engagement sur une publicité grâce à plusieurs indicateurs :

  • Les réactions
  • Les commentaires
  • Les partages
  • Les enregistrements de la publicité
  • Les clics sur le lien
  • Les mentions j’aime

Personnellement, je préfère regarder les 4 premiers indicateurs et analyser séparément les clics sur le lien ou le nombre de mentions j’aime parce que ce sont des actions différentes.

Ce qui est intéressant, c’est tout ce que l’on voit lorsque l’on regarde la publicité.

Le nombre de réactions, commentaires et partages sur cette publicité est impressionnant. Même si je ne connais pas cette personne, je ne peux qu’être intrigué par sa publicité …

J’ai déjà écrit un article qui explique comment augmenter fortement les interactions sur vos publicités. Il est disponible par ici.

Pour mesurer l’engagement sur vos publicités, vous devez en premier lieu sélectionner le rapport « Engagement » préconfiguré par Facebook. Il vous suffit de cliquer sur l’onglet « Colonnes : Performances » et sélectionner ensuite « Engagement ».

Pensez à analyser la performance au niveau des publicités afin de voir les publicités qui ont récolté le plus d’engagements.

Un taux d’engagement élevé indique à l’algorithme de Facebook que votre publicité intéresse ses utilisateurs, ce qui favorise sa diffusion.

Même si vous n’avez pas un objectif d’engagement, vous devriez mesurer régulièrement l’engagement de vos publicités, surtout si vos performances sont décevantes ou en baisse.

3) Évaluer le volume de conversions de vos publicités Facebook et votre coût d’acquisition

Nous y sommes.

La plupart des annonceurs font de la publicité pour obtenir des conversions, au coût le plus bas.

Pour vous, le terme « conversion » peut s’apparenter à un achat.

Pour moi (et d’autres annonceurs), une conversion se définit différemment. C’est une action : un évènement qui se produit sur votre site web.

Il peut s’agir de :

  • Une vue de page de destination
  • Une installation d’app
  • Un formulaire complété (prospect)
  • Un clic sur un bouton « Appeler »
  • Une vue de page produit
  • Un ajout au panier
  • Un achat

Bien sûr, selon votre stratégie d’acquisition, vous cherchez soit à générer un maximum de prospects (ou inscriptions), soit à générer des ventes sur votre site marchand.

Je précise que pour que Facebook puisse obtenir ces données sur les conversions qui se produisent sur votre site web, vous devez absolument installer le pixel Facebook et le suivi des conversions.

De cette façon, Facebook est en mesure de détecter le nombre d’occurrences pour chaque évènement installé.

En tant qu’annonceur, vous devez évaluer les performances de vos campagnes en observant :

  • Le volume de conversions : nombre de conversions générées par vos campagnes. Plus le nombre de conversions augmente, plus le chiffre d’affaires généré par vos campagnes augmente.
  • Le coût par conversion (aussi appelé coût d’acquisition) : combien vous coûte une conversion (comme un achat ou un prospect) ? Plus ce coût est bas, plus vos marges sont élevées. Facebook calcule ce nombre en divisant le nombre de conversions par le montant dépensé. Par exemple, si vous avez généré 10 achats pour un budget dépensé de 100€, votre coût par conversion est de 10€.

Il n’y a pas de coût d’acquisition idéal.

Tout dépend de votre secteur d’activité, des audiences que vous ciblez, de vos publicités, de l’offre et bien d’autres facteurs

Plutôt que d’essayer de deviner votre coût d’acquisition, je vous propose plutôt de réfléchir au coût maximum que vous pouvez vous permettre de payer pour une conversion.

Par exemple, si une commande vous rapporte en moyenne 75€, combien pouvez-vous permettre de payer pour acquérir un nouveau client ?

Prenez en compte tous les coûts relatifs à la production et l’envoi d’un produit pour calculer vos marges bénéficiaires.

Si vous faites de la génération de prospects, calculez votre valeur par prospect (le revenu moyen généré par chaque prospect entrant) ainsi que le taux de conversion de prospect à client. Cela vous permettra d’estimer le coût maximum que vous pouvez payer par prospect.

Une fois ces coûts estimés, lancez des campagnes de publicité Facebook avec l’objectif adéquat (ex. : conversions, génération de prospects, installation d’apps) et mesurez les résultats.

Si vous lancez une campagne de conversions optimisée pour les achats, vous retrouverez le nombre d’achats et le coût par achat (coût d’acquisition) dans les colonnes « Résultats » et « Coût par résultat ».

Selon votre objectif de campagne et son paramétrage, les colonnes « Résultats » et « Coût par résultat » afficheront différents indicateurs.

Vous remarquez que chaque campagne a un coût d’acquisition différent et l’une de mes campagnes a un volume d’achats important. C’est parce que nous investissons la majorité de notre budget sur cette campagne.

Je vous conseille aussi d’analyser l’évolution de votre coût d’acquisition tous les 7 jours et tous les 28 jours afin de voir s’il augmente ou diminue.

Évitez d’évaluer votre coût d’acquisition tous les jours, au risque de prendre des décisions basées sur l’émotion parce qu’une journée a été moins bonne qu’une autre.

(Dans la suite de cet article, je vous montrerai comment déceler un manque d’intérêt pour vos publicités ou un phénomène de fatigue publicitaire qui peuvent nuire à votre coût d’acquisition.)

Enfin, évaluez également votre coût par conversion au niveau de l’ensemble de publicités (audience) et au niveau des publicités afin d’identifier de possibles optimisations.

Par exemple, vous pourriez constater qu’une audience (appelons-là l’audience A) génère des conversions pour un coût de 20€, alors qu’une autre audience (l’audience B) génère des conversions à coût de 40€.

Dans ce cas, vous devriez évaluer la pertinence de l’audience B puisque le coût par conversion est 2 fois plus élevé que l’audience A. Devriez-vous la couper ?

Probablement … si les indicateurs suivants vont dans la même direction.

4) Évaluer le chiffre d’affaires généré et le retour sur investissement (ROAS)

Si je vous disais qu’un achat me coûte 20€ et génère 200€ de chiffre d’affaires, tandis qu’un autre achat me coûte 25€ et génère 280€ de chiffre d’affaires, est-ce vraiment un problème de payer plus cher pour un achat qui me rapporte plus de chiffres d’affaires ?

Non, bien sûr !

Ceci est vrai aussi si vous faites de la génération de prospects. Payer plus cher pour un prospect n’est pas nécessairement une mauvaise chose si ces prospects achètent davantage ou convertissent à un taux plus élevé.

Voilà pourquoi, vous ne pouvez pas seulement analyser les performances de vos campagnes en évaluant le coût d’acquisition.

Vous devez également prendre en compte le chiffre d’affaires généré et le retour sur investissement (ROAS – Return on ad spend).

Certes, le coût d’acquisition vous permet de calculer votre marge bénéficiaire, mais il ne dit pas toujours tout. 

Certaines personnes dépensent plus que d’autres, mais coûtent plus cher à « acquérir » sur Facebook et Instagram (parce qu’elles sont ciblées par plus d’annonceurs).

Avant d’observer des exemples, découvrons ensemble les relations qui existent entre le nombre de conversions, le coût par conversion, le chiffre d’affaires et le ROAS.

Comme vu précédemment, le coût par conversion se calcule en divisant le nombre de conversions par le montant dépensé. Si vous avez généré 10 conversions pour un budget investi de 200€, votre coût par conversion est de 20€ (200€ ÷ 10).

Le chiffre d’affaires se calcule par le nombre de conversions multiplié par la valeur de ces conversions. Si vous avez généré 10 achats pour un produit vendu à un prix de 60€, le chiffre d’affaires généré par ces 10 achats est donc de 600€ (10 x 60€).

Facebook peut vous fournir cette information seulement si vous avez installé les paramètres du pixel Facebook (notamment les paramètres content_ids, value et currency).

Votre développeur sait de quoi je parle …

Revenons-en au chiffre d’affaires généré.

Une fois que vous avez calculé ce dernier, vous avez toutes les informations pour calculer le retour sur investissement de vos publicités Facebook (ROAS).

Le ROAS se calcule de la manière suivante.

Chiffre d’affaires généré ÷ montant total dépensé dans la publicité = ROAS

Lorsque votre ROAS est positif (un multiple supérieur à 1), vous générez plus de revenus que ce que vous dépensez dans la publicité. Vous gagnez donc de l’argent pour chaque euro investi dans la publicité.

Lorsque votre ROAS est négatif (un multiple inférieur à 1), vous générez moins de revenus que ce que vous dépensez dans la publicité. Vous perdez donc de l’argent pour chaque euro investi dans la publicité.

Pour reprendre notre exemple …

Si vous avez généré 600€ de chiffre d’affaires après avoir investi 200€ dans la publicité, votre ROAS est de 3 (600€ ÷ 200€).

Seulement, le ROAS prend seulement en compte vos dépenses publicitaires, et non les coûts liés à votre activité de production.

Pour calculer le « vrai » retour sur investissement de vos campagnes, vous devez ajouter une dernière variable : toutes les dépenses liées à votre activité (ou la fabrication et l’envoi de vos produits), ce qui nous donne le calcul suivant.

Chiffre d’affaires généré ÷ (Montant dépensé dans la publicité + Coûts liés à l’activité) = ROI

Pour revenir à mon exemple …

Si chaque produit vendu me coûte 20€, le « vrai » retour sur investissement de mes campagnes est de 1,5.

600 ÷ (200€ + (20 x 10)) = 1,5.

Au final, vous avez multiplié par 1,5x vos investissements.

Voici un exemple réel.

Pour Facebook, le chiffre d’affaires est présenté par l’indicateur « Site web – Valeur de conversion des achats » (je vous montrerai comment retrouver cet indicateur ainsi que le ROAS à la fin de cet article).

Vous remarquez que certaines campagnes génèrent un ROAS plus important que d’autres.

C’est souvent le cas des campagnes de reciblage publicitaire parce que vous reciblez des personnes qui connaissent déjà la marque ou sont déjà clientes.

Naturellement, ces personnes auront tendance à cliquer davantage sur vos publicités et acheter plus facilement parce qu’elles vous connaissent déjà.

En plus, vous investissez moins d’argent dans la publicité pour toucher ces personnes, ce qui explique que les ROAS sont beaucoup plus élevés pour les campagnes de remarketing et de fidélisation.

Si vous souhaitez augmenter le ROAS de vos campagnes et diminuer par la même occasion votre coût d’acquisition tout en y passant moins de temps, je vous invite à lire cet article de mon blog.

5) Évaluer l’intérêt pour vos publicités Facebook

Les derniers indicateurs que nous allons voir dans cet article vont vous permettre de comprendre beaucoup de choses sur la performance de vos publicités Facebook …

L’objectif de cette analyse est de comprendre pourquoi vos publicités ne sont pas profitables ou pourquoi vos coûts d’acquisition augmentent.

Très souvent, la baisse (ou le manque) de rentabilité d’une campagne est liée à la baisse (ou au manque) d’intérêt pour vos publicités.

Rappelez-vous le rôle d’une publicité sur Internet : provoquer un clic.

Ce n’est pas de vendre.

C’est de provoquer un clic vers votre site web, là où se passe la conversion.

Une bonne publicité va générer un nombre important de clics par rapport au nombre d’impressions. On dit que cette publicité a un bon taux de clic (CTR).

Le CTR se calcule en divisant le nombre de clics sur la publicité par le nombre d’impressions. Par exemple, si votre publicité a généré 10 clics pour 1000 impressions, le CTR de la publicité est de 1% (10 ÷ 1000).

Là encore, le CTR idéal varie selon les secteurs d’activité, l’audience, le contenu de la publicité et l’offre.

Par exemple, le CTR sera naturellement plus élevé dans un secteur comme la beauté et moins élevé dans un secteur comme les assurances … Je vous laisse deviner pourquoi.

En général, un bon CTR sur Facebook et Instagram est au moins supérieur à 1%. 

Mais, en soi, cette estimation reste peu pertinente, selon moi.

Pour certains comptes publicitaires que je gère, mes campagnes sont très performantes par rapport à d’autres comptes … pour un CTR moyen moins élevé.

Il faut aussi savoir que le CTR ne doit jamais être votre mesure principale du succès d’une publicité ou d’une audience lorsque vous lancez des campagnes d’acquisition de clients ou de prospection.

Par exemple, si j’analyse les audiences de cette campagne, je constate que certaines ont un CTR plus bas que d’autres, mais pourtant leur coût par achat est plus bas …

Voilà pourquoi il faut éviter de faire optimisations uniquement basées sur le taux de clic.

Le CTR est un indicateur vous permettant d’évaluer l’intérêt pour une publicité. Comme cet intérêt envers votre publicité évolue au cours du temps, vos coûts d’acquisition vont aussi évoluer.

C’est pourquoi vous devez analyser, entre autres, l’évolution du CTR au cours du temps pour déceler la publicité ou l’audience que vous devriez désactiver et remplacer.

Aussi, je vous conseille d’analyser le CTR des publicités présentes dans un ensemble de publicités.

Souvent, vous constaterez que certaines publicités offrent plus de résultats que d’autres.

Si vous constatez qu’une publicité génère moins de résultats que les autres ET que son CTR est plus bas que les autres publicités, alors il est préférable de la désactiver 🙂

6) Évaluer la concurrence pour une audience ciblée

Il y a un indicateur que j’aime aussi regarder sur une base mensuelle, c’est le coût par mille impressions (CPM).

Le CPM vous donne en quelque sorte une estimation du coût d’une audience que vous ciblez, et donc, de la concurrence de l’enchère.

Par exemple, le coût par mille impressions sur le marché américain est beaucoup plus élevé que sur le marché brésilien parce qu’il y a plus d’annonceurs aux USA.

Le CPM varie tout le temps et il varie fortement en fonction des temps forts comme le Black Friday, les fêtes de fin d’année … et les crises.

Dès les premiers jours du confinement causé par le COVID-19, les CPMs sur Facebook et Instagram ont chuté parce que beaucoup d’annonceurs se sont retirés de la plateforme ou ont drastiquement baissé leurs investissements publicitaires.

Regardez par exemple la chute du CPM si je compare les périodes allant du 17 février 2020 au 15 mars 2020 (avant le confinement) et les périodes allant du 16 mars 2020 au 12 avril 2020, le CPM a diminué de moitié !

En d’autres mots, mon audience me coûte 2 fois moins cher en période de confinement.

Un CPM 2 fois moins élevé implique que d’autres indicateurs comme le CPC (coût par clic) et le coût par action seront 2 fois plus bas si les taux de clic et mes taux de conversion restent inchangés durant cette période.

Dans ce cas de figure, il y a des chances que je fasse de bonnes affaires !

Je vous conseille d’observer l’évolution de votre CPM au cours du temps afin d’expliquer une quelconque augmentation du CPC ou de votre coût d’acquisition. De nombreux phénomènes peuvent contribuer à une baisse des performances, le CPM en est un.

Par contre, je ne vous conseille pas forcément de comparer les CPMs de vos audiences et publicités dans le cas où vous faites des publicités à réponse directe. Dans ce cas, vous devriez plutôt vous concentrer sur le nombre de conversions, le coût d’acquisition et le ROAS !

7) Évaluer la fatigue publicitaire

La fatigue publicitaire est très probablement le problème le plus courant (et dérangeant) lorsque l’on fait de la publicité (quel que soit le support).

La fatigue publicitaire, c’est le point où les personnes que vous ciblez ne réagissent plus à vos publicités après les avoir vues plusieurs fois.

Vous pouvez identifier assez facilement la fatigue publicitaire en analysant la répétition pour un ensemble de publicités ou une publicité.

La répétition est un indicateur qui estime le nombre moyen de fois que chaque personne a vu votre publicité.

En règle générale, plus ce nombre augmente, plus la performance de vos publicités a tendance à diminuer.

Après avoir analysé 500 campagnes de publicité Facebook, AdEspresso a observé une étroite corrélation entre la répétition, le taux de clic et le coût par clic (CPC).

Une augmentation de la répétition provoque une diminution du taux de clic et donc un CPC (coût par clic) plus élevé. Votre publicité vous coûte donc plus cher !

Et si le clic sur un lien coûte plus cher, alors vos coûts d’acquisition augmentent et le ROAS de vos campagnes diminue.

Mais ce n’est pas tout, certains utilisateurs risquent aussi de réagir négativement à vos publicités :

  • En partageant leur mécontentement dans les commentaires
  • En cachant vos publicités
  • En signalant vos publicités à Facebook

La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez aisément observer la répétition des publicités diffusées vers une audience. Il vous suffit de suivre l’indicateur « Répétition » sur une période donnée.

Personnellement, j’analyse la répétition sur une période de 7 jours et je me fixe un seuil maximum pour une campagne :

  • Acquisition : répétition inférieure ou égale à 2.
  • Remarketing : répétition inférieure ou égale à 3.

Bien sûr, pour certains comptes et pour certaines campagnes, nous dépassons ces seuils.

Lorsque le coût par conversion, le CPC et le CTR restent stables, je ne m’en soucie pas plus que ça … sauf si je constate que les commentaires sous la publicité commencent à être négatifs.

Pour observer l’évolution du nombre de conversions, j’aime regarder les graphiques et voir si une augmentation de la répétition fait chuter le nombre de conversions. Ce n’est pas le cas dans cet exemple …

Cependant, restez vigilant et gardez un oeil attentif sur la répétition lorsque vous faites du remarketing. Une répétition trop importante est rarement une bonne chose.

Elle influe négativement sur le sentiment général envers votre publicité comme le montre cette étude de Inskin Media.

Les résultats de ce sondage sont très intéressants.

Ils montrent que la répétition des publicités peut vite devenir agaçante et intrusive, voire même énervante, pour les personnes touchées, surtout lorsque la publicité a été vue plus de 10 fois. 

Alors, quelles sont vos alternatives lorsque la répétition est trop élevée et nuit aux performances de vos campagnes ?

Vous avez plusieurs possibilités, parmi lesquelles :

  • Modifier le contenu créatif de vos publicités pour donner cette impression de nouveauté
  • Changer ou élargir votre audience
  • Diminuer votre budget pour que les publicités soient moins diffusées
  • Changer votre offre (en dernier recours)

Je vous invite à lire cet article de mon blog pour améliorer les performances de vos publicités Facebook en vous aidant de ces leviers.

Où trouver ces indicateurs dans votre Gestionnaire de publicités Facebook ?

Maintenant que vous connaissez les 10 principaux indicateurs à suivre pour analyser la performance de vos publicités Facebook (et les améliorer), allons dans le Gestionnaire de publicités Facebook pour trouver tous ces indicateurs.

La première chose que vous verrez apparaître lorsque vous accédez à votre Gestionnaire de publicités Facebook est le tableau de bord général.

Si vous observez toutes les colonnes disponibles, vous y verrez des indicateurs comme « couverture », « impressions », « résultats », « coût par résultat » et même « achats sur le site web »

Alors, où se trouvent tous les indicateurs dont je vous ai parlé dans cet article ? 

Quelque part, mais Facebook ne vous a pas vraiment facilité la tâche !

Dans votre Gestionnaire de publicités, recherchez le bouton intitulé « Colonnes : Performances » et cliquez dessus.

Dans le menu déroulant, vous pouvez choisir parmi 13 rapports différents, notamment le rapport « Engagement » que je vous ai déjà présenté.

Cliquez plutôt sur « Personnaliser les colonnes ».

Je vais vous aider à créer un rapport digne de ce nom et que vous pourrez consulter à tout moment. Cela va énormément vous aider pour avoir une vue d’ensemble sur la performance de vos campagnes.

Après avoir cliqué sur « Personnaliser les colonnes », vous devriez voir cette fenêtre apparaître. Sur le côté droit, vous pouvez y voir les indicateurs de votre rapport actuel.

Nous allons modifier cet aperçu, supprimer les indicateurs inutiles et ajouter les indicateurs que je vous ai présentés. Je vous conseille de sélectionner les indicateurs de votre rapport dans cet ordre :

  • Budget
  • Résultat
  • Couverture
  • Impressions
  • Répétition
  • Coût par résultat
  • Montant dépensé
  • CPC (clic sur un lien)
  • CTR (taux de clics sur le lien)
  • CPM (coût par mille impressions)
  • Clics sur un lien
  • Vues de page de destination
  • Achats / Prospects
  • Coût par achat / Coût par prospect
  • Valeur de conversion des achats
  • ROAS des achats

Il vous suffit de rechercher chacun des indicateurs et les faire glisser vers la colonne située à votre droite.

Par exemple, si je recherche le mot clé « achat » dans la barre de recherches, Facebook me donne les indicateurs dont j’ai besoin parmi le nombre d’achats total, la valeur de conversion des achats et le coût par achat.

Sélectionnez ces 3 indicateurs, ainsi que le ROAS des achats (uniquement la colonne « Total »).

Faites le même travail pour les autres indicateurs que je vous ai donné.

Une fois ces indicateurs sélectionnés et ordonnés, je vous recommande de décocher tous les « sous-indicateurs », à moins d’avoir une app mobile.

Avant d’appuyer sur le bouton « Appliquer », prenez toujours le temps de cocher la case « Enregistrer comme prédéfini » pour donner un nom à votre rapport et l’enregistrer.

Enfin, cliquez sur le bouton « Appliquer » et votre rapport flambant neuf sera disponible dans votre Gestionnaire de publicités.

Vous pourrez à tout moment le consulter et voir si vos campagnes se portent bien sur une période définie (1 jour / 1 semaine / 1 mois).

Conclusion

Lorsque vous avez une vraie méthodologie pour analyser vos campagnes, le travail devient tout de suite plus simple.

Mais, attention !

Évitez d’analyser vos campagnes trop souvent (ex. : 3 fois par jour) et couper une campagne, une audience ou une publicité parce que l’un de vos indicateurs de performance se dégrade sur une ou 2 journées.

Vous devriez toujours prendre des décisions sur base de vos indicateurs de succès, c.-à-d. le nombre de conversions, le coût par conversion et le ROAS.

Prenez le temps de faire une analyse sur plusieurs jours et voir s’il y a vraiment une baisse significative. Si oui, investiguez et regardez si :

  • L’engagement de vos publicités diminue ?
  • Le taux de clics sur le lien diminue ?
  • Le CPC et le CPM augmentent ?
  • La répétition est supérieure à 3 sur 7 jours ?

Si oui, c’est un signe que vous essoufflez votre audience.

Dans ce cas, vous pouvez commencer à faire des optimisations comme revoir vos publicités, couper l’ensemble de publicités et tester une audience plus large.

Je m’arrête là parce que c’est un autre débat !

Quels sont les indicateurs que vous suivez sur une base régulière pour mesurer le succès de vos campagnes de publicité Facebook ? 

Restons en contact ! Retrouvez-moi sur Facebook | Instagram | LinkedIn | Twitter

Écrit par

Écrit par

Danilo Duchesnes

Danilo est le fondateur de DHS Digital, une agence de publicité Facebook et Instagram qui aide les E-commerces et DNVB (Digitally natives vertical brands) à booster leur croissance grâce à une stratégie d’acquisition full-funnel. Il est aussi le créateur du Rendez-vous Marketing, le podcast qui veut faire de vous un meilleur marketeur et faire décoller votre acquisition de clients en ligne !

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bonjour, je suis Danilo

Je suis le fondateur de l'agence DHS Digital et le créateur du podcast Le Rendez-vous Marketing. Sur ce blog, je documente les dernières stratégies de marketing digital que j'ai testées (et approuvées) sur mon business ou celui de mes clients. J'y partage aussi mes plus belles découvertes et leçons marketing.


Retrouvez-moi sur Instagram

À la recherche d'une agence digitale ?

LIENS UTILES

NEWSLETTER

Recevez 10+ ressources gratuites pour apprendre le marketing digital.

Share This