fbpx
BLOG

KPI Marketing : 16 indicateurs de performance à suivre pour mesurer l’efficacité de vos campagnes

Marketing Digital

Le marketing, c’est aussi une histoire de chiffres.

Votre entreprise fait du marketing en ligne.

Vous faites des campagnes publicitaires sur Facebook, des campagnes d’email marketing et un peu de contenu.

C’est une super nouvelle.

Mais, est-ce que vous prenez le temps de mesurer vos actions marketing sur base d’indicateurs définis au préalable ?

On les appelle aussi les KPI – Key Performance Indicators.

Les indicateurs de performance vont non seulement vous aider à mesurer vos actions marketing et leur efficacité, mais aussi vous permettre de vous fixer des objectifs mesurables.

À la fin d’une période définie (semaine, mois, trimestre, année), vous allez ensuite évaluer si vous avez atteint (ou non) vos objectifs.

Pour cela, il vous suffit simplement de mesurer vos KPIs marketing.

De plus, si vous managez des équipes, c’est une façon de responsabiliser vos troupes autour d’objectifs communs.

Vous pourrez ensuite prendre des décisions correctives pour améliorer (ou arrêter) ce qui ne fonctionne pas et continuer à améliorer ce qui fonctionne déjà !

« Ce qui se mesure s’améliore », comme disait Seth Godin.

Je sais déjà que vous vous demandez quels indicateurs suivre parmi tous ceux que vous pouvez mesurer ?

C’est ce que vous allez découvrir dans cet article !

Je vais vous partager les meilleurs KPIs marketing pour mesurer l’efficacité de :

  • Vos campagnes de publicité
  • Vos campagnes d’email marketing
  • Vos campagnes sur les réseaux sociaux
  • Vos campagnes de marketing de contenu

Mesurer l’efficacité de vos campagnes de publicité avec les KPI suivants

Nous allons commencer par les campagnes de publicité digitale.

Comme vous le savez sûrement, les plateformes comme Facebook ou Google vous fournissent un tas de données après avoir lancé vos campagnes. Lesquelles analyser ?

Je vous suggère de suivre ces 3 KPIs que je vais vous illustrer avec l’exemple d’une campagne de publicité Facebook.

1) Couverture

On l’oublie parfois, mais les campagnes de publicité ont toujours pour effet de mettre un message marketing devant un certain nombre de personnes.

Parfois, le seul but est de créer de la sensibilisation envers votre marque ou votre offre. En d’autres mots, la publicité aura pour rôle de montrer que vous existez et que vous résolvez un problème devant le plus de personnes possible.

Quel que soit votre objectif marketing, je vous conseille de garder un oeil sur la couverture de vos campagnes.

La couverture est un indicateur qui vous donne le nombre de personnes qui ont vu votre publicité. Par exemple, si votre publicité Facebook a été montrée à 1000 utilisateurs, la couverture de votre campagne sera de 1000.

Dans cet exemple, vous pouvez voir que plus nous investissons du budget, plus nous touchons un nombre important de personnes.

C’est évidemment un indicateur que vous allez suivre attentivement pour des campagnes de branding.

Sur Facebook, vous pouvez aussi voir l’évolution jour après jour de la couverture de vos campagnes.

De cette façon, vous pouvez déceler si la courbe finit par s’aplatir à un moment ou un autre, ce qui est alors un signe que vous épuisez votre audience.

2) Coût par résultat

Cet indicateur est celui que les annonceurs regardent le plus souvent puisqu’il indique combien vous coûte un résultat.

Il est aussi connu sous le nom de coût par action (CPA) ou coût d’acquisition (si le résultat est l’achat).

Selon votre objectif de campagne sur Facebook, le résultat suivi sera différent. Pour une campagne de « conversions » optimisée pour l’achat, le résultat suivi sera bien sûr l’achat !

En fonction du nombre d’achats générés par votre campagne et du montant dépensé, Facebook calcule pour vous un coût par achat. Par exemple, si vous investissez 100€ et que vous obtenez 10 achats, votre coût par résultat (achat) est de 10€.

Je vous conseille de définir précisément combien vous êtes prêt à payer pour un résultat avant même de lancer votre campagne. Ce sera votre objectif sur base duquel vous mesurez l’efficacité de votre campagne.

Comme pour la couverture, Facebook vous permet de suivre l’évolution du coût par résultat au fil du temps.

Est-ce qu’il augmente ou diminue avec le temps ?

S’il augmente, c’est mauvais signe et la cause première est très souvent la fatigue publicitaire.

Jusqu’ici, je vous ai parlé du coût par résultat comme étant le coût par achat.

Mais, selon l’objectif de campagne, le résultat renvoyé par Facebook sera différent. Il peut s’agir par exemple de :

  • Une vue de page de destination
  • Une vue de vidéo
  • Un engagement sur la publicité
  • Une installation d’app
  • Un formulaire complété (prospect)
  • Un clic sur un bouton « Appeler »
  • Une vue de page produit
  • Etc.

Voici un second exemple où le coût par résultat est en réalité un coût par téléchargement.

Si vous faites du content marketing, il est possible que vous cherchiez à construire votre liste email. Pour cela, les documents téléchargeables (lead magnets) sont une arme redoutable !

Créer une campagne pour générer des téléchargements de votre ressource et mesurer le coût par téléchargement peut constituer un KPI pour votre entreprise.

Vous l’avez compris. Tout dépend de vos objectifs à définir avant de lancer une campagne !

3) ROAS

Pour terminer, je vous conseille bien évidemment de suivre le ROAS de vos campagnes.

Qu’est-ce que le ROAS ?

C’est votre retour sur investissement publicitaire.

Il permet d’avoir une vue globale sur l’efficacité de vos campagnes parce qu’un coût par résultat élevé n’est pas forcément une mauvaise chose SI le ROAS de votre campagne est au-dessus de vos objectifs.

Avant de continuer, je précise que le ROAS se calcule de la manière suivante :

Chiffre d’affaires généré ÷ montant total dépensé dans la publicité = ROAS.

Lorsque votre ROAS est positif (un multiple supérieur à 1), vous générez plus de revenus que ce que vous dépensez dans la publicité. Vous gagnez donc de l’argent pour chaque euro investi dans la publicité.

Lorsque votre ROAS est négatif (un multiple inférieur à 1), vous générez moins de revenus que ce que vous dépensez dans la publicité. Vous perdez donc de l’argent pour chaque euro investi dans la publicité.

Dans cet exemple, on remarque que les coûts par achat sont assez proches les uns des autres, tout comme les ROAS.

Ce n’est pas un exemple très parlant.

Dans ce deuxième exemple, vous remarquez que le coût par résultat est plus élevé pour la première audience (« Interactions FB/IG – 180 jours ») que la seconde qui a pourtant permis d’obtenir un coût par résultat de 1,85€ (un peu au-dessus de mon objectif de 1,50€).

Pour la seconde audience, le ROAS est malheureusement négatif.

Malchance ?

Difficile à dire. Je vous présente ce cas de figure pour vous montrer que le coût par résultat ne dit pas tout !

Le ROAS non plus !

Obtenir un ROAS de 30 sur une dépense de 1€ est moins intéressant qu’obtenir un ROAS de 10 sur une dépense de 100€ 😉

Si vous voulez découvrir encore d’autres indicateurs de performance pour mesurer l’efficacité de vos campagnes publicitaires, je vous invite à lire cet article de mon blog 😉

Mesurer l’efficacité de vos campagnes d’email marketing avec les KPI suivants

Attaquons-nous maintenant à l’email marketing.

Quels indicateurs clés de performances (KPIs) suivre et mesurer au cours du temps ?

Il y en a beaucoup bien sûr, mais voici ceux que je vous conseille de suivre (un classique en soi).

4) Taux d’ouverture

Comment ne pas le citer ?

Le taux d’ouverture de votre campagne est LA première chose que vous devriez regarder et suivre au cours du temps.

S’il diminue au fil du temps, c’est un signe que votre liste se désengage.

S’il est plus élevé d’une campagne à une autre, cela peut être dû à l’objet de l’email, mais aussi à ce que vous mettez en avant.

Pour vous donner un exemple, j’ai battu mes records de taux d’ouverture avec l’objet d’email suivant : « À lire ».

Récemment encore, j’ai eu un taux d’ouverture de 33,57% avec l’objet « Facebook Ads : 11 objectifs -> 1 choix à faire ».

Une bonne offre peut aussi augmenter vos taux d’ouverture.

Il est certain que si votre marque préférée vous envoie un mail avec « -70% sur toute la collection jusqu’à ce soir ! », vous risquez d’ouvrir cet email pour profiter de l’offre.

Mais, qu’est-ce qu’un bon taux d’ouverture ?

Cela dépend.

Cela dépend de votre industrie, mais aussi de vos compétences de marketeur.

À titre d’exemple, le taux d’ouverture moyen en emailing est seulement de 17,8% en 2020 selon Campaign Monitor.

De mon côté, je me situe un peu au-dessus des 30%.

Certains marketeurs obtiennent des taux d’ouverture de plus de 50%. Votre copywriting et l’engagement de votre liste sont déterminants pour conserver des taux d’ouverture plus élevés que la moyenne.

Personnellement, je vise 30%.

Tout ce qui est en dessous est négatif pour moi et m’indique que mon objet de l’email, mon offre ou peut-être même que le contenu que je partage n’intéresse pas.

Tout ce qui est au-dessus des 30% est une bonne nouvelle.

Au-delà de 35%, je sais que j’ai écrit un super objet d’email.

Mais, comment savoir si l’offre ou le contenu intéresse vraiment vos abonnés ?

C’est là que vous devez analyser le taux de clic de votre campagne.

5) Taux de clic

Imaginez que vous obtenez un taux d’ouverture de 50% sur votre campagne, mais un taux de clic de seulement 1%.

Qu’est-ce que cela signifie ?

Cela veut dire que vous avez réussi à capter l’attention grâce à un super objet d’email (repensez à l’objet d’email « À lire »), mais que l’offre ou le contenu n’intéresse finalement pas votre audience.

Il est aussi possible que le lien se trouve trop bas dans votre email …

Quoi qu’il en soit, vous devriez aussi vous fixer des objectifs en termes de taux de clic puisque la majorité de vos emails contiendront des liens vers vos offres ou contenus.

Personnellement, je me fixe un objectif de 3% par campagne.

Parfois, le taux de clic est beaucoup plus bas, et parfois, il est plus élevé.

Pourtant, le taux de clic moyen de l’emailing est de 4,3% en Europe selon une étude de GetResponse.

À nouveau, je vous conseille d’être prudent avec ces études parce que les taux de clic peuvent varier drastiquement d’une industrie à l’autre.

Ceci dit, un taux de clic inférieur à 1% est clairement trop bas, toutes industries confondues.

Le taux de clic ne veut pas tout dire … Après tout, certains emails que vous allez envoyer ont un objectif de conversion (achat, génération de prospect, etc.).

Pour mesurer réellement l’efficacité d’une campagne d’emailing, vous devez donc aller un cran plus loin et analyser le taux de conversion de vos emails.

6) Taux de conversion

C’est le 3e KPI que je vous conseille de suivre religieusement pour mesurer l’efficacité de vos campagnes d’email marketing.

Malheureusement, la plupart des autorépondeurs ne vous permettront pas de le mesurer 🙁

Pour cela, vous devez tout d’abord installer des objectifs dans Google Analytics (les objectifs mesurent les actions entreprises sur votre site – achat, formulaire rempli, etc.).

Dans un second temps, vous devez ajouter des paramètres UTMs à vos liens (permettent d’identifier et de suivre le trafic provenant des campagnes dans l’interface de Google Analytics – ou un autre outil de ce type).

Il existe 5 paramètres d’UTMs :

  • utm_source : indique le site d’origine du trafic et est un paramètre obligatoire
  • utm_medium : identifie le type de lien qui a été utilisé, comme le coût par clic ou un courriel
  • utm_campaign : identifie un produit spécifique de la promotion ou de la stratégie de campagne
  • utm_term : identifie les termes de recherche
  • utm_content : identifie précisément ce qui a été cliqué pour amener l’utilisateur sur le site, comme une bannière ou un lien texte

Prenons l’exemple d’une campagne de promotion de fêtes de fin d’année pour la formation Facebook Ads Academy.

Vous remarquez que j’ai mis comme source « ActiveCampaign » (le nom de mon autorépondeur), le support est l’email et la campagne est nommée « faa-promo-noel ».

Je peux ensuite découvrir dans mon tableau de bord Google Analytics combien de ventes ma campagne d’email marketing a générées et le taux de conversion associé.

Google Analytics m’a calculé un taux de conversion de 1,19%.

7) Taux de croissance de la liste d’inscription

Pour terminer cette partie sur l’email marketing, il y a un dernier KPI marketing que je vous recommande de suivre : le taux de croissance de la liste d’inscription.

Plus votre liste est grande en taille, plus les bénéfices sont importants pour votre entreprise :

  • Plus d’engagements
  • Plus de trafic
  • Plus de conversions

C’est pour cela que surveiller la croissance de votre liste est important.

Rien de mieux qu’un bon taux de croissance pour mesurer la croissance de votre liste au fil du temps et vous fixer un objectif fou à atteindre !

Normalement, votre autorépondeur est censé vous fournir un indicateur du type « contact growth » ou « list growth ».

Si cet indicateur ne vous est pas fourni, ce n’est pas grave parce que vous pouvez le calculer très facilement avec la formule suivante :

(Nombre d’abonnés en fin de période – Nombre d’abonnés en début de période) ÷ Nombre d’abonnés en début de période x 100 = Taux de croissance de la liste d’inscription.

À vous maintenant.

Fixez-vous (aussi) un objectif SMART pour ce KPI 😉

Note : Si vous voulez en savoir plus sur l’email marketing, j’ai écrit un article très complet sur le sujet.

Mesurer l’efficacité de vos campagnes sur les réseaux sociaux avec les KPI suivants

Au tour des réseaux sociaux !

Que ce soit sur Facebook, Instagram, LinkedIn, Twitter ou Pinterest, vous ne publiez pas pour rien.

Comme lorsque vous faites une campagne de publicité, vous souhaitez à être visible, générer de l’engagement sur vos publications, faire croître votre communauté et vendre !

8) Portée des publications

C’est justement l’indicateur « Portée des publications » ou « Couverture » qui vous indique combien de personnes ont vu vos publications sur une période donnée.

Vous pouvez utiliser les outils natifs des plateformes sociales pour obtenir ces données ou passer par une solution tierce comme Agorapulse, Buffer ou Later !

Sur Facebook, j’ai toujours trouvé les outils statistiques assez complets et simples à prendre en main.

Comme vous pouvez le voir ici, je suis en mesure de voir combien de personnes ont vu mes publications (organiques et payantes) sur une période de 7 ou 28 jours.

Sur Instagram, l’app vous permet de connaître la portée de vos publications les 7 et 30 derniers jours.

Notez également que le Facebook Creator Studio vous permet d’observer la portée de vos publications sur une période plus longue que les 28 jours prédéfinis dans les statistiques de votre Page Facebook.

Pour ce KPI marketing, je suis tenté de vous dire que plus vous touchez des personnes, mieux c’est.

Malgré tout, il faut que ces personnes aient un intérêt pour votre activité.

9) Les vues de votre profil / Page

Justement, le KPI « Vues de la Page/profil » vous permet de savoir si toutes ces personnes que vous avez touchées avec vos publications finissent par s’intéresser à votre profil ou votre Page.

Bien optimisé, vos différents profils sociaux sont générateurs de business puisque vous avez la possibilité d’y insérer un lien cliquable vers une landing page ou écrire un titre accrocheur.

Sur Facebook et Instagram, les outils statistiques natifs vous permettent de savoir combien de personnes ont visité votre profil les 7 ou 30 derniers jours.

De plus, leur outil natif vous donne la tendance de ces vues. Sont-elles à la hausse ou à la baisse ?

Voici par exemple un aperçu des vues de ma Page Facebook les 28 derniers jours.

1140 personnes ont été sur ma Page Facebook.

Pas mal pour un réseau qui n’est plus à la mode.

Qu’ont-elles fait ensuite ?

Elles ont peut-être été sur mon site, cliqué sur le bouton d’appel à l’action, lu d’autres publications, regardé des vidéos, etc.

Sur LinkedIn, vous pouvez aussi avoir un aperçu de vos vues de profil chaque semaine sur une période de 90 jours.

Attention, cette fonctionnalité est uniquement disponible si vous utilisez LinkedIn Premium.

Cette répartition par semaine vous permet de déceler rapidement les semaines durant lesquelles votre profil a été vu un nombre plus important de fois.

Cela peut être dû à une apparition dans un média, une campagne marketing ou encore un post qui a généré beaucoup de vues.

10) Taux de croissance du nombre d’abonnés

Comme pour l’email marketing, cela serait dommage de publier du contenu sur vos réseaux sociaux et ne pas voir votre nombre d’abonnés évoluer au fil du temps.

Sur Facebook et Instagram, vous pouvez très facilement observer la croissance de votre nombre d’abonnés et voir à la fois :

  • Le nombre d’abonnés gagnés (et quand ?)
  • Le nombre d’abonnés perdus (et quand ?)

Sur Instagram, vous avez à la fois les statistiques sur 7 et 30 jours.

Avec un outil comme Agorapulse, vous pouvez bien sûr aller au-delà des 30 jours.

Sur LinkedIn, vous devez faire le calcul manuellement d’une période à l’autre pour voir l’évolution de votre nombre d’abonnés 🙁

11) Taux d’engagement

Le taux d’engagement est un KPI marketing qui vous permet de savoir si votre audience s’intéresse à vos contenus. C’est peut-être l’un des KPIs les plus suivis par les community managers.

Malheureusement, les plateformes Facebook, Instagram ou encore LinkedIn ne vous fournissent pas directement cet indicateur.

Vous devez le calculer vous-même pour chaque publication ou pour une période donnée.

Malheureusement, les community managers n’arrivent pas à se mettre d’accord s’il faut calculer le taux d’interaction à partir du nombre d’abonnés ou des impressions.

Alors, lequel choisir ?

Soyons honnête, ça ne sert à rien de se prendre la tête avec ça …

De manière générale, un taux d’engagement se calcule comme suit :

(mentions j’aime + commentaires + partages + enregistrements) / Impressions x 100 = Taux d’engagement.

Certaines publications recevront moins d’impressions que d’autres.

Il faut donc prendre cela en compte dans votre calcul.

Faisons le calcul pour TOUTES les publications que j’ai publié sur mon compte Instagram les 30 derniers jours.

Elles ont généré au total 1533 interactions (mentions j’aime, commentaires et enregistrements).

Sur cette même période, mes publications ont généré 80.449 impressions.

Il me suffit donc de diviser le nombre total d’interactions par le nombre d’impressions et de multiplier le tout par 100 afin d’obtenir le taux d’interaction de mes publications Instagram publiées les 30 derniers jours.

La réponse est de 1,9%.

Ce n’est pas mauvais, mais pas fantastique non plus. En général, un bon taux d’interaction se situe entre 2 et 5% 🙂

Comme toujours, comparez le chiffre obtenu avec celui des mois précédents. Fixez-vous ensuite des objectifs (SMART) pour améliorer vos taux d’interaction !

C’est clairement quelque chose que vous contrôlez puisque le taux d’interaction est directement lié à la qualité de votre contenu. Plus vos contenus sont appréciés, plus ils vont générer des interactions !

Pour aller plus loin sur les statistiques et KPIs des réseaux sociaux, je vous invite à consulter ces 2 articles :

Mesurer l’efficacité de vos campagnes de marketing de contenu avec les KPI suivants

Avant de commencer cette partie sur les KPIs du marketing de contenu, je vous invite à installer Google Analytics si ce n’est pas encore fait.

C’est avec cet outil (gratuit) que vous allez pouvoir mesurer les 5 KPIs marketing suivants.

12) Trafic sur le site web

Il s’agit probablement de l’indicateur que je ne peux pas m’empêcher de regarder TOUS les jours de l’année.

Grâce au contenu et aux médias sociaux, il est impossible de ne pas être capable de générer du trafic sur votre site web.

Plus le trafic de votre site web est élevé, plus vous avez de chances d’attirer de nouveaux prospects et clients, alors autant dire que vous devriez régulièrement analyser ce KPI marketing et vous fixer des objectifs de trafic généré sur votre site web.

13) Taux de croissance du trafic sur le site web

C’est un KPI marketing que je vous conseille de suivre aussi.

Attention, vous devriez analyser l’évolution de trafic par rapport à la même période l’année dernière pour éviter tout effet de saisonnalité.

Par exemple, en fin de trimestre (Q1), je vais analyser le trafic de mon site de janvier à mars 2021 par rapport à la même période en 2020 afin de voir si j’ai attiré plus de trafic sur mon site au premier trimestre de l’année 2021.

Maintenant, fixez-vous un objectif de taux de croissance du trafic sur le site web par trimestre. C’est important !

Le mien est à 21% 😉

14) Taux de rebond

Le taux de rebond est un indicateur qui mesure le pourcentage d’internautes qui sont entrés sur une page web et qui ont quitté le site après, sans consulter d’autres pages. Ils n’ont donc vu qu’une seule page du site.

Dans ce cas, le taux de rebond est de 100%.

Plus il est élevé, plus cela veut dire que les visiteurs de votre site web se désengagement rapidement.

Sur un site e-commerce, les taux de rebond sont très bas parce que les visiteurs vont généralement voir plusieurs pages produits.

Sur un blog, le taux de rebond est généralement plus élevé. Souvent au-dessus des 80%.

Comme vous le voyez, le mois dernier, le taux de rebond de mon site était à 81,60%.

Sincèrement, ce n’est pas ce qui m’intéresse. Je préfère suivre le taux de rebond par page web et voir quelles pages ont des taux de rebond anormalement élevés et celles qui ont un taux de rebond plus bas.

Les taux de rebond élevés m’indiquent en quelque sorte que la page en question (ou l’article) n’a pas attiré des personnes suffisamment engagés pour visiter d’autres pages sur mon site.

C’est justement le cas de mon article le plus lu sur les bios Instagram

En bref, je vous recommande de suivre le taux de rebond de votre site web et d’analyser les pages web qui ont des taux de rebond plus élevés (ou plus bas) que la moyenne.

15) Volume de leads

Vous faites du content marketing pour générer des leads pour votre activité ou au moins pour attirer des abonnés à votre Newsletter ?

C’est donc un indicateur de performance (KPI) que vous devez suivre religieusement parce qu’il vous indique clairement que votre stratégie de content marketing fonctionne (ou pas).

Généralement, le volume de leads augmente lorsque votre trafic augmente…

Mais, il peut aussi augmenter si vous augmentez vos taux de conversion.

Par exemple, si vous attirez 1000 visiteurs sur votre site web et seulement 10 d’entre eux remplissent un formulaire de contact, vous avez alors un taux de conversion de 1%.

Si vous améliorez ce taux de conversion en optimisant votre site web et que celui-ci passe à 2%, vous passez soudainement de 10 leads générés pour 1000 visiteurs à 20 nouveaux leads !

C’est pour cela que vous devriez (aussi) chercher à améliorer ce dernier KPI.

16) Taux de conversion par canal

Lorsque je parle de taux de conversion, je ne spécifie pas lequel.

Tout dépend de votre activité.

Il peut s’agir d’un taux de conversion de visiteurs à clients, taux de conversion de visiteurs à leads, taux de conversion de visiteurs à abonnés à la Newsletter …

Si on prend le taux de conversion de visiteurs à abonnés à ma Newsletter, on remarque que celui-ci est à 2,07%.

On remarque surtout que certains canaux marketing me permettent d’obtenir de meilleurs taux de conversion.

En toute logique, si j’augmente le trafic généré par ces canaux, je suis censé améliorer mon taux de conversion tous canaux confondus, sans même optimiser mon site web ou changer mes offres !

Voilà pourquoi, c’est aussi KPI que vous devriez évaluer à une certaine fréquence (mois, trimestre, année).

Conclusion

Vous êtes arrivé au bout de cet article. Vous avez donc bien mérité la liste complète des KPI marketing que je vous recommande de suivre :

  • La couverture de vos campagnes de publicité digitale
  • Le coût par résultat de vos campagnes (dépend de l’objectif)
  • Le ROAS de vos campagnes publicitaires
  • Le taux d’ouverture de vos emails
  • Le taux de clic de vos emails
  • Le taux de conversion de vos emails
  • Le taux de croissance de votre liste email
  • La portée de vos publications sur les réseaux sociaux
  • Les vues de vos profils / Pages sur les réseaux sociaux
  • Le taux de croissance de votre nombre d’abonnés sur les réseaux sociaux
  • Le taux d’engagement de vos publications sur les réseaux sociaux
  • Le trafic de votre site web
  • Le taux de croissance du trafic de votre site web
  • Le taux de rebond de votre site web
  • Le volume de leads générés sur votre site web
  • Le taux de conversion par canal

Maintenant, à quelle fréquence devriez-vous suivre ces indicateurs ?

Vous pourriez les suivre une fois par an, mais vous risquez de les oublier à force de ne pas les regarder !

Je vous recommande plutôt de les analyser une fois par mois et de prendre des décisions correctives si c’est vraiment nécessaire.

Par contre, je vous conseille vraiment de vous fixer des objectifs trimestriels, faire une évaluation à la fin du trimestre et décider si vous devriez revoir (ou non) votre stratégie pour atteindre (plus rapidement) vos objectifs.

À vous maintenant.

Quels sont les KPI marketing que vous suivez pour votre activité ?

Restons en contact ! Retrouvez-moi sur Facebook | Instagram | LinkedIn | Twitter

Écrit par

Écrit par

Danilo Duchesnes

Danilo est le fondateur de DHS Digital, une agence de publicité Facebook et Instagram qui aide les E-commerces et DNVB (Digitally natives vertical brands) à booster leur croissance grâce à une stratégie d’acquisition full-funnel. Il est aussi le créateur du Rendez-vous Marketing, le podcast qui veut faire de vous un meilleur marketeur et faire décoller votre acquisition de clients en ligne !

4 Comments

  1. Petit

    Bonjour Danilo,
    Mathématiquement, je suis en désaccord avec la phrase suivante :

    « En toute logique, si j’augmente le trafic généré par ces canaux, je suis censé améliorer mon taux de conversion tous canaux confondus, sans même optimiser mon site web ou changer mes offres ! »

    L’augmentation d’un volume (unité de mesure) n’influe pas sur l’augmentation d’un taux (ratio). Par contre si j’augmente le trafic et considérant un taux de conversion constant, alors j’augmente le volume de mes conversions.
    L’augmentation du taux de conversion ne saurait être déduite de la seule augmentation du trafic.

    Qu’en penses tu ?

    Reply
    • Danilo Duchesnes

      Salut,

      Si j’augmente le volume sur un canal qui convertit bien, mon taux de conversion général augmente 🙂 Peut-être que tu as mal compris, mais moi ça me semble très logique. Je vais encore y réfléchir 🙂

      Reply
  2. Sophie

    Ce sont des indicateurs à bien suivre en effet pour mesurer si les diverses campagnes sont efficaces ou pas. Article bien détaillé, très bon partage.

    Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bonjour, je suis Danilo

Je suis le fondateur de l'agence DHS Digital et le créateur du podcast Le Rendez-vous Marketing. Sur ce blog, je documente les dernières stratégies de marketing digital que j'ai testées (et approuvées) sur mon business ou celui de mes clients. J'y partage aussi mes plus belles découvertes et leçons marketing.


Retrouvez-moi sur Instagram

À la recherche d'une agence digitale ?

NEWSLETTER

Recevez 10+ ressources gratuites pour apprendre le marketing digital.

Share This