BLOG

Création de contenu : 7 leçons apprises en 2 ans (et ce que vous pouvez en retirer)

Content Marketing

Je produis du contenu depuis 2 ans maintenant ! 

Si je fais le compte, j’ai écrit environ 150 articles de blog et plusieurs centaines de publications sur les réseaux sociaux. J’ai aussi animé une dizaine d’émissions Facebook Live et participé à une dizaine de podcasts également. 

Et les résultats ? 

J’en vois 2 ! 

  • 1 – Une autorité perçue en hausse : les gens me voient comme un « expert »
  • 2 – Un flux continu de demandes pour mes services et formations en ligne

Inutile de vous dire que je ne suis plus la même personne qu’il y a 2 ans.

Produire du contenu m’a changé. 

D’un côté, le contenu m’a permis de prendre confiance en moi au point de proposer mes services aux entreprises en tant que consultant indépendant. 

De l’autre, j’ai appris à mieux me connaitre. J’ai réalisé que ma personnalité « bizarre » était plus un atout qu’une faiblesse et j’ai appris à l’utiliser. 

Croyez-moi. Plus je parle avec les gens qui consomment mon contenu, plus je comprends que la plupart ne me suivent pas seulement pour mes idées/conseils. 

Ils me suivent parce qu’ils apprécient ma personnalité et mon authenticité que je transmets dans tous mes contenus. 

Après 2 années de création de contenu, je sens que c’est le moment de vous partager 7 nouvelles leçons que j’ai apprises et ce que vous pouvez en retirer. 

J’avais déjà publié un article de ce type où j’ai partagé 10 leçons apprises après un an de blogging. Cette fois-ci, je récidive avec d’autres leçons liées à la création de contenu (et pas seulement au blogging). 

J’espère que ça vous sera utile 🙂

Leçon #1 : Identifier rapidement son contenu « pilier » (et s’y tenir)

Tous les créateurs de contenu vous le diront. 

Vous devez produire du contenu de qualité régulièrement sur la même plateforme. 

Ils ne vous disent pas toujours que ce contenu doit être de préférence indexable

Un contenu indexable est un contenu que les utilisateurs pourront découvrir en faisant une recherche, et ce plusieurs mois ou années après la création de ce contenu. 

C’est bien sûr le cas sur Google, YouTube ou même Apple Podcasts. 

Sur Apple Podcasts, vous n’accéderez pas nécessairement à un épisode en faisant une recherche, mais plutôt vers le podcast du créateur s’il est populaire auprès des autres auditeurs. 

J’en viens donc aux 3 grands formats de contenu : 

  • Texte (blog)
  • Vidéo
  • Audio (podcast)

(Note : les émissions live sur les réseaux sociaux n’en font pas partie parce qu’elles ne sont PAS indexables et finissent par « mourir » quelques jours plus tard.)

Vous devez faire le choix de produire un de ces 3 formats de contenu et vous y tenir.

Basez-vous sur votre public cible (où consomme-t-il son contenu le plus souvent ?) et vos affinités (dans quoi êtes-vous naturellement bon et quel format de contenu aimeriez-vous vraiment produire ?)

Remarquez que je n’ai pas encore parlé de Facebook, Instagram ou LinkedIn. 

Actuellement, je vous parle seulement de produire un contenu « pilier » sur une plateforme et de vous y tenir.

Comme vous le savez, je produis mon contenu « pilier » sur mon blog depuis 2 années et cela a très bien fonctionné. Quoi qu’on dise, les professionnels du digital s’informent toujours beaucoup sur les blogs et bonne nouvelle, je suis bon à l’écrit ! 

D’autres publient leur contenu « pilier » sur YouTube et ils ont bien raison ! 

Vanessa Edwards publie des vidéos sur les comportements humains, le management, les relations humaines et tout ce qui touche à la communication interpersonnelle. 

Je n’ai aucun doute que son audience fréquente plutôt YouTube pour se renseigner à ce sujet.

Pour avoir écouté quelques-unes de ces vidéos, j’ai vite remarqué que Vanessa a un talent naturel pour la vidéo.

Et puis, il y a Alexis Minchella qui est l’hôte du podcast Tribu Indé, un podcast qui parle de la réalité du freelancing et des side projects, au travers d’interviews. 

Pour avoir participé à son podcast, j’ai tout de suite remarqué que Alexis sait faire preuve d’empathie et cette qualité l’aide à poser les bonnes questions aux personnes qu’ils interviewent. 

En plus, les freelances aiment écouter des interviews au format audio en vue d’être inspirés. C’est bien connu 🙂

Le résultat ? Des interviews passionnantes et des milliers d’écoutes sur son jeune podcast. 

Avec ces exemples, je voulais vous montrer que le meilleur moyen de trouver votre contenu « pilier » est de comprendre d’abord où votre public cible aime le plus consommer son contenu.

Idéalement, vous devriez produire le format de contenu qui correspond le mieux à vos forces et affinités.

Vous verrez que vous pourrez réutiliser intelligemment ce contenu sur les réseaux sociaux (plateformes de « flux » où le contenu est éphémère). 

En plus, votre contenu pilier finira tôt ou tard par s’indexer sur les moteurs de recherche et continuera à attirer de nouvelles personnes plusieurs mois après sa sortie ! 

Leçon #2 : Adopter une approche multicanal ou rien 

En 2019, il n’est plus suffisant d’être présent sur UNE seule plateforme. Vous êtes littéralement obligé de vous diversifier et intégrer plusieurs plateformes dans votre stratégie de contenu. 

Sur Internet, il faut en moyenne 7 points de contact avant qu’un parfait inconnu se décide à convertir et devenir client chez vous. 

Vous ne pouvez pas dépendre d’une seule plateforme pour obtenir ces 7 points de contact.

C’est possible bien sûr, mais c’est risqué (vous n’avez aucun contrôle sur les algorithmes de Google, Facebook … et le reste). 

Pour réussir, vous devez combiner (ou intégrer) ensemble dans votre stratégie de contenu plusieurs canaux ou médias. 

C’est là que les réseaux sociaux entrent en jeu. 

En tout et pour tout, il y a presque 3,5 milliards de personnes présentes sur les réseaux sociaux en 2019 et cela risque encore d’augmenter.

Vous ne pouvez donc pas (plus) négliger les réseaux sociaux pour distribuer votre contenu. 

Alors, comment produire autant de contenu sans devenir fou ? 

C’est la question que je me posais l’année passée quand j’ai commencé à avoir suffisamment de clients pour être occupé toute la semaine. 

Aujourd’hui encore, je produis mon contenu « pilier » (articles de blog) le week-end. La semaine, je m’occupe d’animer ma Page Facebook et mon profil LinkedIn

Heureusement, je fais tout ça assez rapidement parce que j’utilise une méthode de création de contenu terriblement efficace et que je vais vous partager maintenant. 

Il s’agit du modèle de la « pyramide du contenu » conceptualisé par Gary Vaynerchuk. 

L’idée est simple. 

La première étape consiste à produire un contenu pilier sur une plateforme : YouTube, Apple Podcasts ou votre propre site ! C’est ce que nous avons vu dans le premier point de cet article. 

Les personnes qui vous suivent le retrouveront par la recherche, et ce, pendant des mois/années. 

Ils le découvriront aussi au moment de sa sortie. Vous pouvez bien sûr en parler autour de vous ou dans votre Newsletter si vous avez une liste email. 

La deuxième étape consiste à reprendre ce contenu « pilier » et le distribuer en petits morceaux (micro-contenu) sur les plateformes sociales (Facebook, Instagram, IGTV, Medium, etc.)

Par exemple, un article de blog peut se transformer en :

  • Un résumé vidéo d’une minute sous forme d’images et de clips vidéo (idéal pour obtenir des partages sur les réseaux sociaux)
  • Une vidéo face-caméra dans laquelle vous reprenez les différents points de l’article de blog 
  • Une publication Facebook, Instagram ou LinkedIn qui récapitule la conclusion de l’article 
  • Des Stories Instagram (une astuce par « Story »)
  • Un ou plusieurs mini-articles sur LinkedIn Publishing

Il y a encore une semaine, j’ai publié cet article sur LinkedIn Publishing. 

J’ai parlé du système d’enchères de Facebook. 

Il s’agit d’un point que j’ai abordé dans mon article sur le prix de la publicité Facebook. J’ai simplement copié-collé cette partie de l’article, j’ai écrit rapidement une introduction et une conclusion, j’ai trouvé une image pour présenter l’article et le tour était joué 🙂

C’est vraiment la stratégie que je vous conseille pour produire du contenu à une plus grande échelle, sans nécessairement vous réinventer ou engager des prestataires. 

Leçon #3 : Surfer sur la vague

Les meilleurs créateurs de contenu savent surfer sur les tendances … et surtout les déceler avant tout le monde, quitte à faire des paris osés. 

Gary Vaynerchuk explique par exemple qu’il a énormément misé sur Twitter et YouTube il y a plus de 10 ans, à l’époque où le nombre d’utilisateurs de ces plateformes se comptait en quelques dizaines de millions. 

Et aujourd’hui, il y a tellement de plateformes sociales qu’il est difficile de savoir où publier. 

Il y a 2 ans, lorsque j’ai commencé, les émissions live étaient très à la mode (Facebook Live, Periscope) et c’était également la montée des YouTubeurs (devenus des stars aujourd’hui). 

On ne parlait pas encore beaucoup des influenceurs Instagram, ni même des Stories Instagram puisqu’elles n’existaient pas encore !

À l’époque, les créateurs de contenu misaient encore beaucoup sur leur blog et leur Page Facebook

Aujourd’hui, le blogging est saturé (il y a plus d’un milliard de blogs dans le monde) et Facebook est devenue une plateforme payante. Même les Lives Facebook n’ont plus autant de portée organique qu’auparavant 🙁

Les créateurs de contenu n’ont pas d’autres choix que de sortir de leur zone de confort et exploiter les plateformes qui ont le vent en poupe (et qu’ils ne connaissent pas forcément). 

Heureusement, il y en a plusieurs : 

  • IGTV : la plateforme gagne des utilisateurs et Instagram permet maintenant l’ajout de vidéos au format diaporama … 
  • LinkedIn
  • Les Stories Instagram
  • Les podcasts 

J’ai même parlé de quelques-uns de ces canaux dans un article récent sur les opportunités en marketing digital

C’est la 3e leçon que je voulais vous partager.

Cette année, j’ai revu mes priorités en décidant de focaliser mon énergie et mes efforts en création de contenu sur LinkedIn parce que c’est la plateforme la plus intéressante pour moi en termes de visibilité et de prospection ! 

Il m’a fallu plusieurs mois pour le réaliser … 

Peut-être que IGTV sera plus intéressant pour vous ou que les podcasts valent la peine d’être explorés. 

Comprenez juste que les meilleurs créateurs de contenu savent déceler les tendances et les exploiter tant qu’il est encore temps ! Chaque année, de nouvelles opportunités émergent. Il faut simplement les saisir lorsqu’elles se présentent 🙂

Même si vous ne vous sentez pas assez expérimentés pour déceler ces tendances, d’autres experts le feront pour vous. Il suffit juste de les écouter et juger par vous-même s’ils ont raison (faites des tests !). 

Leçon #4 : Content is NOT king

Rappelez-vous ce qu’a dit Bill Gates en 1996 : « Content is King »

C’était peut-être vrai il y a 20 ans, mais ça ne l’est plus maintenant. 

Il y a déjà beaucoup TROP de contenu sur Internet. C’en est même étouffant. Personnellement, je me sens presque découragé de consommer tout le contenu que je vois passer sur YouTube, Feedly ou mon application de podcasts. 

Non, nous n’avons pas besoin de plus de contenu. 

Nous avons besoin de moins de contenu, mais d’un contenu de meilleure qualité (less is more).

Vous vous rappelez peut-être que j’ai déjà écrit ça sur mon blog. Si c’est le cas, vous savez déjà ce que je vais répondre lorsque je parle d’un « contenu de qualité ».

Un contenu de qualité est un contenu qui éduque, inspire ou divertit … Même ça, ce n’est plus suffisant ! 

Les créateurs de contenu sont bien plus expérimentés qu’avant et aujourd’hui, c’est un contenu unique en son genre qui va se démarquer. 

Un contenu original et jamais vu ailleurs. 

Quand j’ai commencé à bloguer, mes premiers articles étaient clairement inspirés d’autres articles que j’avais lus sur d’autres blogs. 

Bien sûr, ce n’est pas un crime ou un manque de professionnalisme.

Soyons honnêtes, tous les créateurs de contenu font déjà ça. Ils consomment les mêmes sources, prennent ce qui les intéresse, donnent leurs propres exemples et retours d’expérience. 

C’est déjà bien suffisant pour s’approprier un sujet et mériter quelques partages sur les réseaux sociaux. 

Quand j’y repense, les premières personnes qui ont lu mes contenus ont apprécié le fait que j’ajoute à chaque article ma touche personnelle, des éléments de ma personnalité et des petites anecdotes 🙂 

Malheureusement, les internautes commencent à comprendre que les créateurs de contenu se répètent, se copient entre eux et vont chercher leurs informations aux mêmes sources. 

C’est pour cette raison que j’ai commencé à écrire des articles bien plus originaux et uniques en leur genre qu’à mes débuts. 

Par exemple, mon article sur les 7 leçons à retenir de la stratégie marketing d’Apple est unique. Aucun blogueur ou YouTube n’a traité ce sujet comme je l’ai traité, même s’il y a déjà des articles qui parlent du marketing d’Apple. 

L’article a reçu 223 partages sur les réseaux sociaux. 

J’ai aussi parlé des 3 secrets des campagnes de publicité Facebook rentables ! Encore un article qui est uniquement tiré de ma propre expérience. Cet article a très bien fonctionné aussi avec 429 partages. 

Il est tout à fait possible d’écrire un article en vous basant sur d’autres sources ou études, et donner une opinion unique. C’est ce que j’ai fait quand j’ai argumenté sur la fréquence de publication idéale sur Facebook

J’ai cité les meilleures études, partagé leurs conclusions et j’ai fini par donner une opinion réfléchie sur ce qu’il est mieux de faire compte tenu de ces conclusions. Tout le contraire des autres blogueurs qui se contentent de traduire les études qu’ils ont lues … 

L’article a reçu 356 partages ! 

J’arrête de parler de moi maintenant 🙂 

Place à d’autres créateurs de contenu. 

Tout à l’heure, j’ai cité le podcast Tribu Indé d’Alexis Minchella. Les épisodes de ce podcast sont essentiellement des interviews ! Donc, à priori, il n’y a rien d’original en soi … 

Pas tout à fait.

À la différence des autres interviews, celles d’Alexis ressemblent plus à des conversations

Pour avoir été interviewé plusieurs fois, je connais un peu la procédure d’une interview.

L’interviewé reçoit les questions avant l’interview afin de pouvoir préparer ses réponses. Le problème, c’est que l’interview a parfois l’air un peu trop préparée.

Les interviews d’Alexis sont différentes puisqu’on ne reçoit pas les questions à l’avance ! C’est une véritable conversation et cela se ressent (écoutez la mienne quand vous avez un peu de temps 🙂 ).

Enfin, je ne pouvais pas faire sans citer la chaîne YouTube de Marketing Mania. Il s’agit peut-être de la chaîne YouTube sur le marketing la plus originale en France. 

Chacune des vidéos présente une analyse approfondie d’un personnage, d’un film ou d’un sujet bien spécifique. 

Récemment, une des vidéos publiées par Stan Leloup « Squeezie vs Tibo Inshape : les YouTubeurs ne sont pas vos amis » a fait un véritable carton avec presque un million de vues. 

Stan Leloup a décrypté de A à Z le conflit entre Squeezie et Tibo Inshape sur la monétisation de son audience. Finalement, qui a raison ? Je vous laisse regarder cette très bonne vidéo.

Leçon #5 : Il n’y a rien de mal à rendre une partie de son contenu payant

Les créateurs de contenu ne vont pas me dire le contraire ! 

C’est vraiment difficile de rendre une partie de son contenu payant. 

L’information est pourtant gratuite sur Internet. Alors, pourquoi certains créateurs de contenu font payer leur savoir ? 

C’est une bonne question et chacun se fera sa propre opinion.

La vérité, c’est qu’à l’ère du numérique, un concept nouveau est apparu : la possibilité d’apprendre à partir d’un ordinateur et d’une connexion Internet, à distance et sans aller dans une école prestigieuse. 

Oui, c’est réel. 

Sur Udemy, il existe déjà des milliers de formations payantes pour apprendre toutes sortes de choses. Les universités mettent également en place des programmes de formation certifiants. 

Ces formations coûtent généralement plusieurs milliers d’euros (c’est le cas en Belgique). 

En bref, on apprend plus seulement à l’école. 

Dès lors, des consultants, coachs ou experts en ont profité pour créer leurs propres programmes de formation. Après tout, ce sont des experts dans leur domaine et ils ont déjà gagné la confiance d’une partie de leur marché. 

Malheureusement, certaines personnes dans leur communauté verront ça comme une trahison et il va bien falloir passer au-dessus. 

Il y a encore 2 semaines, j’ai eu un nombre anormalement élevé de désinscriptions à ma Newsletter suite à l’annonce d’une nouvelle formation en ligne 🙁

J’ai même reçu des messages personnalisés en plus de la désinscription : « pas les mêmes valeurs ! ».

C’est vrai, je suis un méchant vendeur qui ne pense qu’à s’enrichir aux dépens des autres ! 

Ramit Sethi, l’un des pionniers de la vente de produits numériques, explique les critiques qu’il a reçues lorsqu’il a vendu son premier ebook d’une valeur de 10$. 

Au final, Ramit est devenu un véritable expert pour vendre des produits numériques sans avoir l’air d’un vendeur de rêve.

Pour avoir vendu mes premières formations en ligne, je sais que la transition entre contenu gratuit et payant n’est pas aisée pour un créateur de contenu et sa communauté. Il faudra toujours du temps pour que les plus sceptiques vous comprennent. 

À mon sens, il faut faire attention à ne pas tomber dans le piège de la promotion exagérée, des promesses folles, fausses deadlines … 

Leçon #6 : On ne peut pas plaire à tout le monde 

Laissez-moi vous dire quelque chose : Si votre contenu ne récolte pas de feedback négatif, c’est qu’il n’est pas suffisamment original. 

Je vous ai parlé de produire du contenu unique en son genre. 

Lorsque vous créez des contenus uniques dans lesquels vous allez donner votre avis, vos opinions et jugements, vous remarquerez que certains se rangeront derrière votre avis (bonne nouvelle) et d’autres ne pourront s’empêcher de vous dire que vous avez tort ou qu’ils ne pensent pas comme vous. 

Regardez ce post.

Il a touché 72.000 personnes et 87 personnes l’ont commenté. 

90% des commentaires étaient positifs (du genre « c’est très bien ! « , « merci pour l’info », « @X, regarde ce post, ça va t’intéresser ! »). 

Malheureusement, il y aura toujours des personnes qui ne seront pas d’accord ! Ce n’est pas grave …  

Que faire dans ce cas ? 

Vous avez plusieurs solutions : 

  • Les ignorer
  • Leur répondre

Rares sont ceux qui vont ignorer des commentaires négatifs à leur égard (c’est même une erreur). La réaction la plus courante, et ça m’est arrivé plusieurs fois, c’est de rentrer dans un débat. 

C’est qu’il s’est passé quand j’ai répondu à Jimmy, celui qui n’a pas pu s’empêcher de donner son avis sur ma publication.

Le résultat ? J’ai perdu au minimum 1 heure à essayer de convaincre quelqu’un qui n’allait de toute façon pas changer de position. 

En vérité, les trolls changent rarement d’avis ou de position. C’est donc une cause perdue ! 

Maintenant, je sais que la meilleure solution est de rester diplomate, respecter l’avis de la personne et passer son chemin !

Vous n’avez pas de temps à perdre avec ça, mais sachez que c’est bon signe si votre contenu récolte quelques commentaires négatifs, aussi contre-intuitif que cela puisse paraître. 

Pour vous donner un autre exemple, je suis allé voir les commentaires sous la vidéo « Squeezie vs Tibo Inshape : les YouTubeurs ne sont pas vos amis » de Stan Leloup. 

C’est assez amusant de voir la quantité d’avis contraires suite aux conclusions de Stan !

« Tu compares ce qui n’est pas comparable. »

« Tu prends tellement parti pour Tibo … »

Comme c’est triste … Et pourtant, c’est presque inévitable lorsque votre contenu est polarisant. Il finira par attirer des trolls. 

C’est même une bonne chose 🙂

Leçon #7 : Le recyclage du contenu est une pratique sous-estimée

J’ai plus que triplé mon trafic provenant de Google entre juin 2018 et juin 2019. 

Pourtant, je n’ai pas produit plus de contenu ! 

En juin 2018, j’avais environ 50 articles sur mon blog. Aujourd’hui, j’en ai 87. 

J’ai donc produit moins de contenu que la première année et mon trafic provenant de Google a plus que triplé. 

Qu’est-ce qui explique cela ? 

Cette fois-ci, j’ai été plus stratégique et j’ai ciblé des mots clés qui génèrent du trafic organique comme « bio instagram », « stories instagram », « live Facebook », etc. 

Mais ce n’est pas tout … 

J’ai surtout réutilisé, mis à jour ou « recyclé » une partie de mes articles de blog. 

Il faut savoir que Google adore les contenus neufs et à jour. 

Par exemple, mon guide sur le pixel Facebook était déjà en haut de la 1re page de Google l’année passée. Il ne le serait probablement pas resté une année de plus si je ne l’avais pas mis à jour ! 

Pourtant, la plupart des créateurs de contenu « oublient » que les contenus qu’ils ont créés il y a plusieurs mois ne sont pas morts ! 

Bien au contraire, en les mettant à jour, on s’assure qu’ils ne dépérissent pas. En plus, généralement, cela permet de conserver ses positions sur Google.

Si vous avez du mal à me croire, croyez plutôt les résultats de cette étude sur le content marketing menée par Neil Patel. Au total, son équipe a interrogé 183 entreprises qui font du marketing de contenu et génèrent au minimum 5 millions de dollars de revenus. 

Lisez attentivement ce graphique. 

Sur ce graphique, on voit que mettre à jour le contenu permet à ces entreprises d’obtenir un gain de trafic plus important qu’augmenter la fréquence de publication (bloguer plus) !!

Oui, vous avez bien lu, travailler moins vous permet d’obtenir plus de résultats … 

Et les réseaux sociaux ? 

Sur les réseaux sociaux, la donne est différente en matière de recyclage de contenu.

Les réseaux sociaux sont des plateformes de flux. Les contenus ont une durée de vie limitée (généralement un ou plusieurs jours selon les plateformes).

Chaque jour, de nouveaux contenus sont produits et diffusés sur ces plateformes. 

Une fois partagés, ces contenus n’ont plus autant de valeur. Peu de gens s’amuseront à les reconsulter. C’est bien différent du trafic organique sur Google ou YouTube. 

La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez réutiliser habilement du contenu que vous avez publié il y a plusieurs mois et le republier. 

À vous de voir si vous souhaitez apporter des modifications à ce contenu, mettre à jour le texte ou l’image, etc. 

D’ailleurs, la semaine passée, j’ai repartagé sur LinkedIn une vidéo sur l’algorithme d’Instagram.

La vidéo a reçu beaucoup de vues et pourtant, c’était bien une vidéo que j’ai créée il y a plus d’un an ! 

N’abusez pas du recyclage de contenu.

Mettez à jour le contenu et republiez uniquement les publications qui ont eu du succès ou qui reçoivent déjà du trafic organique sur Google. 

Personne ne vous reprochera jamais de republier un contenu qui n’est pas totalement « neuf ». 

Conclusion

Merci d’avoir lu jusqu’ici ! 

En conclusion de cet article, je voulais aussi partager un dernier point de vue que j’ai par rapport à la création de contenu. 

Bien utilisé, le contenu vous permet d’être perçu comme un expert par ceux et celles qui vous suivent. 

Ce n’est pas pour autant que vous devez perdre votre humilité. 

Ce n’est pas facile de garder la tête froide quand vous recevez tous les jours des louages en commentaire ou par email. 

Je vois tellement de créateurs de contenu qui ont du succès, mais qui en oublient leurs humbles débuts. 

Quoi qu’il se passe, j’essaye de garder en tête qu’il y a toujours des choses que je ne sais pas, mais que d’autres savent. Aussi, je sais que j’aurai toujours des choses à apprendre et cela me pousse à me former encore et encore. 

En ayant cet état d’esprit, j’arrive continuellement à trouver de nouvelles idées de contenu à partager sur mon blog et les réseaux sociaux 🙂

Si vous êtes créateur de contenu, n’hésitez pas à partager dans les commentaires les leçons que vous avez apprises. Tous les avis sont bons à prendre. 

Restons en contact ! Retrouvez-moi sur Facebook | Instagram | LinkedIn | Twitter

Ecrit par

Ecrit par

Danilo Duchesnes

Danilo est consultant en marketing digital et formateur spécialisé dans les publicités Facebook/Instagram. Il aide au quotidien des entrepreneurs, e-commerçants et PME à augmenter leur visibilité et générer plus de ventes grâce à Facebook. Danilo se démarque par sa franchise parfois extrême et son sens de l'humour !

12 Commentaires

  1. Thierry de Marketing Bienveillant

    Bonjour Danilo,

    « j’ai eu un nombre anormalement élevé de désinscriptions à ma Newsletter suite à l’annonce d’une nouvelle formation en ligne »

    Rien d’étonnant ! Beaucoup veulent du simple, rapide et Gratuit.
    Tu n’as tout simplement pas les mêmes valeurs. 🙂

    « J’ai surtout réutilisé, mis à jour ou « recyclé » une partie de mes articles de blog. »
    Tout à fait, Google aime le contenu réactualisé ! En l’améliorant, bien entendu, aussi pour le lecteur.

    Reste humble. Bonne continuation ! 😉

    Réponse
    • Danilo Duchesnes

      Tu l’as dit Thierry! Je sais que tu peux comprendre ça.

      Merci, bonne continuation à toi aussi!

      Réponse
  2. Anna

    « Si votre contenu ne récolte pas de feedback négatif, c’est qu’il n’est pas suffisamment original. »

    Leçon la plus difficile à encaisser, car personne n’aime se faire « déchirer  » sur les réseaux sociaux.

    Les exemples que tu cites restent sympas, car j’en vois qui se font maltraités en commentaire. J’ai mal pour eux. Pour moi ce n’est pas toujours justifié. Quand j’aime pas je passe mon chemin au lieu d’enfoncer la personne.

    Je n’ai « pas encore » de commentaires négatifs mais je sais que c’est parce que mon positionnement n’est pas encore assez tranché, en mode tiède pour pas trop déplaire. J’ai essayé quelques avis tranchés mais qui n’ont pas eu plus de vues que ça.

    Bon, je me positionne encore, sur mon type de contenu clés et les plates-formes adéquates.

    Merci pour ce bel article encore et l’authenticité que tu dégages (je rajoute une couche puisque tu sais garder la tête froide !)

    Réponse
    • Danilo Duchesnes

      Tu finiras par avoir des commentaires négatifs Anna, c’est quelque chose de normal 🙂 Attention à garder son calme quand ça arrive 🙂

      Avec plaisir.

      Réponse
  3. Valérie TRIENPONT

    Bonjour Danilo,
    Je vous suis depuis peu de temps et j’adore vos articles. J’apprends toujours et cela me fait progresser.
    Je n’ai donc pas vraiment de conseil à donner étant novice dans la rédaction d’articles. J’ai cependant un point commun avec vous c’est que je me forme constamment au travers de formation e-learning, de blogs comme le votre car j’ai énormément à apprendre dans votre domaine.
    Continuez ainsi, restez humble et naturel, vous êtes une source d’inspiration pour moi.
    Bien à vous,
    Valérie T.

    Réponse
  4. Christelle

    Très bel article (comme toujours!), merci Danilo.
    Je compléterais en insistant sur la partie des personas. Bien les étudier pour savoir où les trouver (ex: les femmes => misez sur Pinterest dont 80% de son public est féminin). Hâte de découvrir tes prochains articles !

    Réponse
    • Danilo Duchesnes

      Merci Christelle! Oui c’est super important, j’aurais pu en parler c’est vrai.

      Réponse
      • Christophe

        Une bonne idée de Christelle pour une future mise à jour de l’article 🙂
        Et merci pour cet article très enrichissant.

        Réponse
  5. Shana

    Merci pour ton article très inspirant. J’ai également commencé mon blog en juin 2017, comme toi. C’était il y a 2 ans et je suis toujours aussi motivée et inspirée dans mon sujet de blog.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bonjour, je suis Danilo

Bienvenue sur mon blog. C'est ici que je documente les dernières stratégies de marketing digital que j'ai testées (et approuvées) sur mon business ou celui de mes clients. J'y partage aussi mes plus belles découvertes et leçons marketing.

Besoin d'aide avec votre marketing ?

J’aide les entrepreneurs, e-commerçants et PME à augmenter leur visibilité et générer plus de ventes grâce à Facebook. Est-ce que je peux vous aider aussi ?

NEWSLETTER

Recevez 10+ ressources gratuites pour apprendre le marketing digital.

Share This